A bout portant, le thriller français qui m’a scotché à mon siège

S’il y a bien un type de film que je ne vais jamais voir au cinéma, c’est les thrillers… En fait, je déteste avoir peur pour être franche… Alors autant vous avouer que je n’en menais pas large devant A bout portant, le dernier film de Fred Cavayé en salles mercredi…

Tout va pour le mieux pour Samuel et Nadia : lui est bientôt infirmier et elle, attend son premier enfant. Mais tout bascule lorsque Nadia se fait kidnapper sous l’oeil impuissant de Samuel. A son réveil, son portable retentit : il a trois heures pour sortir de l’hôpital dans lequel il travaille un homme sous surveillance policière. Le destin de Samuel est désormais lié à celui de Sartet, une figure du banditisme activement recherchée par tous les services de police. S’il veut revoir sa femme vivante, Samuel doit faire vite…

Chose étrange, les premiers mots du réalisateur avant de nous laisser voir le film furent de nous mettre en garde contre le mauvais à priori que nous pouvions avoir sur les thrillers français… Personnellement, n’étant pas une puriste du genre c’est sans aucune arrière pensée que j’ai abordé le film.

Et sincèrement, je n’ai pas été déçue car même si on y retrouve l’ambiance des séries TV policières françaises - que personnellement j’affectionne beaucoup - cela est loin d’être une tare… et l’aspect thriller apporte beaucoup au film.

Le film oscille tout durant entre genre policier, moments de quiétude et scènes d’action à couper le souffle… Vous dire que j’ai passé le film à me cramponner à mon siège le cœur battant à 100 à l’heure n’est pas un vain euphémisme…

J’ai vraiment trouvé que le film était savamment dosé car même si on est pas tout le temps en train de flipper à mort, on reste tout du long plus ou moins borderline… Je m’entend, c’est à dire que l’action ne s’éteint jamais complétement et on est toujours à se demander ce qui va se passer la seconde suivante…

Il faut aussi avouer que le casting n’est pas totalement étranger à la réussite du film, entre le charmant Gilles Lellouche, le fascinant Roschdy Zem ou Gérard Lanvin en parfait salaud… chacun est cohérent et crédible dans son rôle.

En conclusion, je dirai que le cinéma français n’a pas à pâlir devant les super-productions américaines car il est encore possible pour lui de nous faire ressentir des émotions fortes… Peut-être un peu trop fortes même car je dois avouer que j’ai détourné le regard devant certaines scènes un peu gores du film… ^^

J’irai même jusqu’à être franche avec vous, malgré que je n’aime pas ce genre de film, si je considère que ce film est réussi, c’est en grande partie parce que j’en suis ressortie choquée, limite tremblante et les yeux brouillés par l’émotion… ce qui ne m’était pas arrivé depuis la Rafle (même si ce n’est pas comparable entendons nous bien).

Voir le site officiel de A bout portant.
Sortie le 1 décembre 2010.

« »
  • J’ai entendu parlé de ce film hier dans « On n’est pas couché ». Ton avis sur ce film donne vraiment envie d’allé le voir. J’aime les thrillers. Merci

  • J’ai adoré également …

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...