Se rendre à Détroit, quelle idée étrange…

Lorsque j’ai préparé mon itinéraire de la côte Est américaine, sachant que j’avais déjà eu la chance d’aller à New York et Boston l’année dernière, je me suis demandée quelles villes je pouvais bien mettre au programme. Philadelphie me paraissait sympa, et je me disais tant qu’à faire qu’il me fallait au moins voir la capitale, Washington DC.

Quand à Chicago, je mourrais d’envie d’y retourner. Mais Detroit, comment dire ne s’est pas tout à fait imposée comme une évidence. C’est seulement quand j’ai su que le plus simple était de rejoindre Toronto pour prendre mon train pour les Rocheuses que je me suis dit que ça pourrait être l’occasion de couper un peu le trajet en bus.

Je ne connaissais alors pas grand chose de Detroit. Comme tout le monde, j’avais un peu entendu parlé de ça et de là de la décrépitude dans laquelle était tombée cette ville, mais sans en savoir beaucoup plus. Et puis j’ai découvert qu’il y avait une auberge de jeunesse en ville, et que donc c’est bien qu’il y avait quelque chose à visiter!

image

image

image

image

Je vais cependant être honnête, quand je suis arrivée avec mon bus à 6h du mat’ et que je me suis retrouvée catapultée au milieu de la ville sans trop savoir dans quelle direction était l’auberge, je n’ai pas vraiment tenté de faire la maligne à marcher en mode touriste avec mon backpack sur le dos, j’ai sauté dans un taxi.

7$ et 10 minutes plus tard, je cognais à la porte de l’auberge où Jeff, le manager, devait m’accueillir. Un peu éprouvée par ma nuit en bus pas des plus confortables, quel fut mon soulagement quand il m’apprit que ma chambre était déjà prête et que je pouvais en prendre possession à l’instant!

C’est ainsi que je devais replonger pour 3 heures de sommeil bien mérité dans ma chambre, propre et sans chichi. A mon réveil, j’en profitais pour explorer un peu plus l’auberge, somme toute assez petite (mais avec plusieurs dortoirs et chambres privées) mais qui rappelle une maison familiale.

image

image

image

image

On se sent d’ailleurs un peu comme à la maison, notamment avec le coin TV et sa collection de cassettes Disney. :) Il faut dire que Jeff n’est jamais non plus très loin pour répondre aux questions de ses locataires. C’est ainsi qu’il a passé pas moins d’une demie-heure rien qu’avec moi, penché sur la carte de la ville.

Une demie-heure à m’expliquer les endroits à voir, ceux à éviter, quelle attitude adopter… Par exemple, il m’a apprit qu’à Detroit, personne ne marche sur les trottoirs - car ceux ci sont le plus souvent en mauvais état et parfois même recouverts d’herbe ˆˆ - et que pour faire couleur locale, il vaut mieux marcher sur la route!

La suite, c’est tout simplement des conseils pétris de bon sens. En plein jour, Detroit n’est pas une ville si dangereuse, et si on prend le temps d’être tout simplement alerte de ce qu’il se passe autour de soi, de ne pas baisser la tête peureusement et de tout simplement sourire, il n’y a pas de raison que quoi que ce soit de mauvais se passe.

image

image

image

image

Par précaution, Jeff alla quand même jusqu’à me prêter son vieux sac à dos afin que je ne me fasse pas remarquer. Sans parler que le lendemain, après n’être restée qu’une nuit, il alla également jusqu’à me déposer en voiture à la gare d’autobus, c’est dire combien il est adorable et à l’écoute de ses invités!

Je vous en reparlerai dans un prochain article mais je devais également profiter de mon séjour à Detroit pour faire un peu d’urbex. Sinon, ma visite du Downtown s’est pas mal résumée à juste monter dans le « People Mover », un espèce de petit métro aérien qui fait le tour de la ville.

Mais il est possible de faire bien plus, comme je l’ai appris auprès d’un allemand séjournant à l’auberge qui lui avait été passer sa journée à aider dans un jardin collaboratif! (je regrette d’ailleurs un peu de ne pas en avoir entendu parlé plus tôt mais bon c’est le jeu quand on ne reste qu’un jour dans une ville)

image

image

image

Et toi, te rendrais-tu à Detroit?

Disclaimer : j’ai séjourné au Hostel Detroit dans le cadre d’un partenariat, mais les opinions exprimées ici sont les miennes, honnêtes et sincères. Si vous cherchez un endroit où séjourner à Detroit en toute confiance, comptez 27$ par nuit pour un lit en dortoir, 38$ pour une chambre privée individuelle et 52/60$ pour une chambre privée pour 2 personnes, des tarifs très abordables!

« »
  • Détroit fait parti de ces villes pour lesquelles il est difficile de donner un jugement ou avoir avis bien tranché. J’ai eu la chance de visiter la ville il y a quelques années pour assister à un festival de musique (ba oui, quand on aime la techno de Detroit, on est un peu obligé de faire un tour à la Mecque !)
    J’étais à la fois un peu choquée par cette ville qui semble être un peu laissée à l’abandon, en pleine décrépitude comme tu le dis si bien. Mais d’un autre côté c’est un peu ce qui fait le charme de la ville, avec une population, certes, pauvre mais qui, si on s’y intéresse un peu, n’est pas si malfamée qu’on ne le pense. J’ai pu faire de nombreuses rencontres avec des locaux très amicaux avec qui j’ai pu parlé longuement sur l’histoire de la ville. Et grâce à ces contacts on en apprend énormément et comprend un peu plus le problème de cette ville. Mais en soit, en faisant attention, et comme partout on ne prenant pas de risque dans des quartiers chauds, tout se passe parfaitement bien ! :)
    Alix

    • @Klara tu as bien raison, et peut-etre ai-je manquer un peu de temps pour approfondir ma découverte de la ville?

  • Je RÊVE d’aller à Detroit. Pour de vrai… Comme je rêve aussi d’aller à Dunkerque et au Havre alors qu’a priori ce ne sont pas vraiment des villes qui font rêver… 

    • @Emm parfois c’est bien d’avoir des envies et des reves différents de la majorité des gens non? ;-)

  • Ho oui !! Moi ça me donne envie…Detroit résonne « musique »…j’ai la tête pleine de clichés et cet article donne envie ! Merci.

    • @Nolwenn alors il ne te reste plus qu’à aller vérifier si tes clichés sont vrais!

  • Oui, cette ville m’intrigue & j’aimerais me faire mon propre avis sur la ville ! 

    • @LaRoux alors n’hésites pas! :)

  • J’en ai entendu pas mal parler aussi pour la décrépitude, je n’en rêve pas spécialement mais je suis toujours friande d’endroits étrangers moins touristiques.
    Ton article est super, mais avec plus de photos, ça serait encore mieux !!

    • @auroreinparis pour un endroit pas touristique, tu pourras pas trouver mieux!

  • […] voici de retour pour vous parler de la ville de Detroit, mais cette fois ci sous un angle un peu plus photographique… En effet, du à […]

  • J’espère que ce cours séjour à Detroit t’aura donné l’envie d’y revenir, Green Gekeete. Après une série de posts sur la ville de l’automobile sur mon blog, j’ai eu la chance de la découvrir par le truchement d’un reportage de huit jours et elle m’a fascinée. Autant la décrépitude surprenante aux Etats-Unis, que la capacité des habitants de s’organiser dans l’adversité. J’ai ramassé des haricots verts au petit matin dans une ferme urbaine et c’est un souvenir inoubliable parmi d’autres. 

  • […] avez déjà eu un hôtel où le réceptionniste passait avec vous plus d’une demie heure à vous expliquer en long et en large quoi faire dans la ville, je veux bien que vous me donniez l’adresse. Car ça n’arrive jamais… Les chambres […]

  • Emm moi aussi je revais d aller à DUnkerque et au Havre et j y suis allee !! :-)).
    Tu dois aussi aimer les villes tres industrielles, tres « tristes » exterieurement.
    La bas j y ai decouvert un coin où il ya une plage de beton, ou les locaux viennent se poser l ete en famille, entre raffineries et petroliers… J ai adoré :-)

    Oui Detroit me tente !

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...