Dans votre salle de bain… vous triez? Maintenant plus d’excuse grâce à l’initiative de Garnier et Eco-Emballage

Il y a quelques temps, j’étais invitée à une soirée organisée par Garnier et Eco-Emballage afin de nous sensibiliser au tri sélectif dans la salle de bain. En effet, suite à une étude menée en février 2009 par Eco-Emballage, il est ressorti que si 84% des Français triaient leurs emballages dans la maison, ce taux descendait à 21% seulement dans la salle de bain…

Bref, vous l’aurez compris, on est donc dans des préoccupations écologiques alors forcément ça me touche. Et pourtant, curieusement je ne me suis sentie qu’à moitié concernée par cette initiative… Pourquoi? Tout simplement parce les emballages cosmétiques dans ma salle de bain, j’en jette genre… 3 fois par an!

Mon secret? C’est simple, je n’achète pratiquement que des cosmétiques grande contenance et/ou rechargeables! Mes savons et shampoings? Des bidons de 1L qui me durent plus d’un an! Mon démaquillant: un flacon de 400ml qui me dure un an! Des pots en plastiques que je remplis avec mes recharges d’argiles en poudre, mes pots en verres Love The Planet, ma pierre d’alun qui me dure depuis presque 2 ans!

Vous l’aurez compris, les flacons et autres bouteilles plastiques de seulement quelques dizaines de millilitres sont bannis de ma salle de bain! Et le résultat est économique à la fois en terme de coût et en terme de déchets! Mais bon, j’admets que mon cas reste assez rare et que nombre d’entre vous sont friands de leurs produits habituels bien chimiques et vendus en petite contenance…

Mais bon, je ne jetterai la pierre à personne car je reconnais que certains font des efforts. Parmi ceux-ci Garnier s’efforce depuis quelques années de réduire l’impact de ses produits sur l’environnement, en allégeant en plastique ses flacons Fructis. Ces derniers passent de 20 grammes en 2000 à 18,5 grammes en 2007, soit 1,5 grammes de moins par pack. C’est plus de 300 tonnes d’équivalent CO2 en moins dans l’atmosphère par an !

Alors, certes c’est peu et je préférerai largement que Garnier se mette à commercialiser des éco-recharges, mais bon il faut bien commencer un jour par quelque chose! Et les petites actions valent mieux que pas d’action du tout…

Bref, revenons en à l’initiative dont j’ai envie de vous parler. Si vous êtes grand consommateur d’emballages cosmétiques dans votre salle de bain, tout n’est pas perdu, vous pouvez encore avoir une conscience écologique si vous triez vos déchets! Et c’est là que Garnier et Eco-Emballage ont eu une idée pas bête du tout: créer une poubelle écologique qui vous permet de trier vos déchets directement dans votre salle de bain!

Dotée de deux compartiments distincts, cette poubelle remplit un double objectif: permettre le tri dans la salle de bain tout en informant de façon pédagogique et illustrée. En effet, des illustrations de produits décorent l’intérieur et l’extérieur de chaque sac afin d’indiquer la destination de chaque emballage.

Dans le compartiment bleu vous pouvez déposer tout ce qui ne se recycle pas, comme par exemple:

- les cotons-tiges
– les disques démaquillants
– les brosses à dents
– les tubes de crème

Dans le compartiment jaune vous pouvez déposer tous les emballages qui se recyclent, comme par exemple:

- les flacons plastiques (de gel douche ou de shampoing)
– les cartons (boîte de coloration ou de dentifrice)
– les métaux (aérosol de laque ou déodorant)

Fabriquée dans un plastique recyclé, cette poubelle souple avec un « look cabas » relie les deux contenants par un simple bouton pression, permettant de désolidariser les parties et de pouvoir vider chacune indépendamment de l’autre.

Alors certes, la conception du produit pourra toujours être perfectionnée mais en attendant, je trouve que c’est une très bonne initiative de la part de Garnier et Eco-Emballage! D’ailleurs, pour vous permettre de tester cet solution écologique, 15 000 exemplaires de cette poubelle seront distribués gratuitement à partir du mois de mars.

Qu’en pensez vous? Convaincus par l’utilité de cette poubelle? Est-ce que vous triez déjà dans votre salle de bain?

« »
  • Ce genre de campagne me fait dresser les cheveux sur la tête (fructueux , jeux de mots… :p). On nage à mon sens dans du pur Greenwashing de la part de Garnier, pour 2 raisons :
    – Je trouve un peu fort qu’il fasse retomber la responsabilité du tri au consommateur. C’est une manière de se dédouaner de la part de Garnier en disant : on vous propose des petits contenants en plastique, mais attention, il faut les trier! Je ne dis pas qu’il ne faut pas sensibiliser les personnes au tri : c’est une bonne initiative, mais je trouve ça gonflé de la part de Garnier. Mon discours aurait été différent si l’initiative était venue d’une association ou un organisme réellement green.
    D’autre part, encore une fois, je trouve que Garnier cherche à noyer le poisson et à dire : voyez : nous sommes verts, nous avons diminué le poids de nos flacons et nous distribuons 15000 poubelles pour faire le tri dans votre salle de bains (d’ailleurs, qui va les distribuer : des intérimaires recrutés pour l’occasion? Les forment-ont pour faire passer le message ou est-ce que ça va être le concours de celui qui se débarrasse le plus vite de ses poubelles?). Par contre, Garnier ne parle pas de la composition de ses shampoings et autres produits capillaires, bourrés de dérivés pétro-chimiques : outre qu’ils agressent le cheveux, ces ingrédients n’ont rien d’écologique et ont une plus grande empreinte sur l’environnement.
    Alors, bien sûr, c’est mieux de faire quelque chose que de ne rien faire. Mais lorsque l’on a choisit une identité graphique verte, que l’on sort des slogans « douceur puisée au coeur des plantes » : je maintiens mon coup de gueule et je dénonce ce pur greenwashing : l’objectif est de tromper les gens, à non pardon, dire que l’on est écolo parce que l’on a créé des petites poubelles pour la salle de bains…
    Très infantilisant, mais : beurkk!

    • Merci pour ton commentaire. Si plus de gens pensaient comme toi, ce genre de problème ne se poserait même pas. Malheureusement, ces produits bourrés de dérivés pétro – chimiques comme tu l’as si bien souligné ont encore de beaux jours devant eux…

      Si on dit demain à ces demoiselles qu’elles devraient abandonner leurs produits capillaires bourrés de silicone qui leur galbent et font briller les cheveux… on va se faire lyncher! C’est bien là le problème: on a d’un côté des marques qui utilisent l’écologie pour se donner une bonne image… et de l’autre côté des consommateurs qui sont trop contents de ne pas avoir à changer leurs habitudes!

      Sur ce point, c’est un peu facile d’avoir un bon karma écologique parce que sa bouteille de shampoing a diminué sa quantité de plastique et parce que l’on trie (ce qui devrait être systématique)… Mais c’est comme à l’école, on félicite l’élève pour sa bonne note alors qu’en fin de compte c’est juste normal…

      Enfin bref, je ne suis pas défaitiste, mais je sais bien que malheureusement les gens ne changeront pas du jour au lendemain leurs habitudes ancrées par des années de marketing. Alors en attendant, j’accueille toujours avec plaisir les petits gestes, même si je suis bien d’accord que c’est loin d’être suffisant…

      En attendant, pas de produits Garnier chez moi c’est sûr… et pis avec mes bidons d’un litre j’ai de la marge… ;-)

  • Moi je suis complètement d’accord au fond avec vous deux,

    @ Ariane tu as raison c’est du pur greenwashing, car au final ils vendent un produit qui n’a rien de vert sauf l’emballage (et pas complètement)
    @The Green Geekette c’est vrai c’est un petit (même très petit) geste, mais geste quand même !

    Ce qui me gène réellement c’est que cette grande marque, va faire croire à la consommatrice lambda qu’en achetant un produit G** elle fera un vrai geste pour l’environnement, c’est un peu comme la pub pour les tablettes de lave-vaiselle (j’ai oublié la marque) car ils réduisent l’emballage les marketeux nous sortent un produit green …
    Ce qui m’énerve le plus, c’est qu’on va parler de ces grandes marques, de leurs avancés dans le DD au détriment de petites marques qui font du DD leur raison d’être et pas juste un argument !

  • Mais entre les deux, il y a des marques que tu utilises, que j’utilise (et que je vends) qui galbe et font aussi briller les cheveux,… mais avec des produits naturels.
    Effectivement, ces fabricants n’ont pas les mêmes moyens marketing. Et je ne parle pas des gros du secteur bio, qui vont avoir la faveur des medias au moindre reportage sur les cosmétiques bio et qui pourtant n’ont pas le démarche écologique la plus poussée. Je parle des plus petits producteurs qui ont une vision écologique et éthique réelle…
    Honnêtement, je ne suis pas née dans un chaudron de bio et je ne réalisais pas jusqu’à il y a quelques années ce que j’appliquais sur ma peau et mes cheveux…
    Par contre, il y a 2 ans, j’ai rencontré des agriculteurs (des viticulteurs plus précisément) qui respectaient la terre et proposaient de bons produits (via la culture en biodynamie). Cela a été ma pomme d’Edison : il existe des alternatives aux produits conventionnels et pour peu que l’on donne la bonne information aux personnes, ils les adopteront. Mais c’est un combat assez dur, car ceux qui émettent la parole cherchent à racoler et non à informer (je pense notamment au récent reportage de Global Mag : « Arnaque aux cosmétiques bio » : sic!).
    C’est pour cette raison que, même à mon tout petit niveau, je réagis à ce genre de campagne : 2-3 personnes entendront peut-être mon message et ce sera ça de gagner. Je ne peux pas encourager ces campagnes, car c’est aller dans le sens de ces industriels. En les dénonçant tous et en expliquant ce qu’il y a derrière la belle image, on arrivera peut-être à faire un peu bouger les choses…
    Après, je ne juge ni ton article ni ton positionnement ; surtout parce qu’ils me permettent de réagir. Donc, je te remercie plutôt…

    • C’est moi qui te remercie car il faut justement faire avancer le débat! Si cela t’intéresse, je suis prête à te laisser la parole sur mon blog pour tu puisses justement partager ta rencontre d’il y a 2 ans et présenter la culture en biodynamie et autres produits qui te tiennent à coeur. Je suis assez curieuse de savoir et je suis toujours prête à faire de nouvelles découvertes. Faisons bouger les choses… :D

  • Bon, vous avez dit à peu près ce que je pense : je suis toujours gênée face à ce genre d’initiative venant de gros groupes qui n’ont pas ailleurs aucune éthique, aucune démarche engagée.
    Faut-il boycotter parce que c’est clairement du greenwashing ou fait-il prendre ce qu’il y a à prendre ?
    C’est compliqué, mais je crois qu’il faut effectivement parler de ces démarches (si on en parle, les marques en question continueront dans ce sens), mais en rappelant toujours en parallèle que ce n’est qu’un goutte d’eau dans l’océan des actions du groupe, et qu’on est pas dupes.
    Ce petit geste est un bonne idée, mais attention les gars, on est pas stupides, vous ne nous ferez pas oublier les produits chimiques que vous utilisez, les palmeraies détruites et tutti quanti.
    Voilà, je sais pas si j’ai fait avancer le débat, mais j’ai donné mon avis ;)

  • Bizarre, mais cela me rappelle étrangement le concours auquel j’ai participé il y a deux ans, « les plastiques en débat », et oui, c’est une belle initiative mais si on peut le faire sans encore des poubelles en plastique! C’est bien aussi que la quantité de plastique sur la bouteille ait diminué! Mais franchement s’il existait une charte qui dirait (en gros) tous les fabricants d’objet utilisant le plastique n’auront plus le droit d’utiliser celui qu’ils veulent mais un qui est sur la liste, et que s’ils ne respectent pas ils auront une amende, car comme vous le savez peut-être mais une bouteille est en général constituée d’au moins deux plastiques, et quasiment personne, ne les sépare et les trie, donc il faudrait impérativement diminuer les plastiques différents, car seulement une infime partie est recycléé (de l’ordre de 5 à 10% seulement), cela permettrait non seulement d’augmenter le recyclage du plastique mais aussi de diminuer le gâchis qui le concerne! J’espère que vous avez suivis mon raisonnement, que vous vous êtes pas perdus et que vous avez compris où je voulais en venir!

  • Youhou, j’ai suivi!
    Bref, après cette petite autocongratulation rapide, revenons en à nos plastiques.
    « Petite sœur », ça mériterait en effet un article à soi tout seul le problème des plastiques et de leur recyclage, mais il me semble que si plusieurs plastiques sont utilisés dans un même emballage, c’est parce qu’ils n’ont pas tous les mêmes propriétés…
    Le mieux, à mon avis, serait d’une part que les industriels passent à d’autres modes d’emballages et de distribution (pourquoi une bouteille en verre qu’on irait remplir?) et qu’ils soient pénalisés financièrement en fonction du taux de recyclage, du poids et de leur impact écologique…
    On peut toujours rêver ;)

    • @Flo_Shizen Si on arrête de rêver on perd l’espoir alors continuons! ;-)

  • « Flo Shizen » Oui, tu as raison, ils ont certes des propriétés différents, mais il reste toujours le problème du recyclage qui est importante.
    Mais tu as trouvé une bonne idée, qui serait intéressante à explorer, si seulement on pouvait la faire partager…
    Et je suis d’accord avec toi et  « The Green Geekette », si on arrête de rêver, on perd espoir, et si on perd espoir, tous est fini!

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...