Un petit cochon pendu au plafond…

… Tirez-lui la queue, il pondra des œufs! Ou pas… 😉 Bref, aujourd’hui on va parler jambon. Mais attention pas n’importe lequel, du bon et de qualité!  En effet, bien que n’étant pas totalement végétarienne, j’ai tendance à manger assez peu de viande…

Privilégier la qualité à la quantité, vous saisissez? Il ne s’agit pas d’exclure totalement la viande de notre alimentation mais plutôt de la consommer intelligemment. Car bien loin de diaboliser la consommation de la viande, il existe aujourd’hui des éleveurs qui s’engagent sur le chemin de la qualité.

Dans la région de la Dehesa, ancienne forêt méditerranéenne située au Sud-Ouest de l’Espagne, le long de la frontière avec le Portugal est élevé en totale liberté le porc ibérico.

Il profite d’un milieu sauvage et d’une alimentation naturelle et équilibrée : céréales, herbes, chaumes dans un premier temps puis de glands, les fameuses bellotas durant la période dite de montanera.

Le jambon ibérico, est issu d’un long processus d’élaboration spécifique qui prend de 24 à 36 mois selon le poids du jambon grâce au savoir faire d’un Maître Jambonnier. Mais l’art du jambon ne s’arrête pas là car encore faut-il savoir découper l’authentique jambon entier « avec patte ».

Et comme je suis chanceuse, j’ai eu l’occasion il y a quelques semaines de pouvoir assister au concours du meilleur coupeur français de jambon ibérique en présence d’Alberto Herráiz et de Nico Jimenez.

Et on dirait pas comme ça mais c’est tout un art que de découper le jambon ibérique! Posé sur un jamonero, le support de découpe pour jambon couché, il faut se munir d’un couteau à lame longue, fine et souple afin de découper de petites tranches fines et courtes, comportant à la fois de la viande et une partie de gras.

Voilà tout le secret pour obtenir de la souplesse en bouche et un développement optimal des arômes lors de sa dégustation.Et sincèrement, alors que je ne suis pas une grande fan de charcuterie et qu’en temps ordinaires je suis plutôt du genre à fuir le gras comme la peste…

…j’ai beaucoup apprécié ce jambon! Manger peut-être moins de viande mais manger de la viande de meilleure qualité élevée dans des conditions les plus naturelles possibles, et si c’était ça la solution?

Et toi lecteur, tu as déjà goûté le vrai jambon ibérique?
Tu aimes?

« »
  • Effectivement, le gras, la charcuterie et globalement la viande… ca ne me plait pas trop non plus… Mais tout est bon dans le cochon ! 😉

  • C’était un régal ce jambon!!! Et c’était amusant d’essayer de le couper….

  • Un des meilleurs jambon d’Espagne ! il a un gout tellement fin que ca nous met les papilles en éruption 😛

  • Miam, miam, ça me met l’eau à la bouche. 🙂
    Ils ont pas un site e-commerce ces agriculteurs ? 🙂

  • Si, si je connais : le jambon ibérique  » patta negra » est le meilleur. A dégusté sans retenue!

  • Personnellement j’aime la viande et pourtant je me rends compte que je n’en mange pas si souvent que ça. Je suis loin d’en manger à tous les repas. Mais j’avoue que si j’avais les moyens de me payer du jambon comme ça, ya des chances que j’en mange tous les matins avec un œuf à la coque et du comté.^^

  • Non, malheureusement je n’en n’aie jamais mangé! Peut être un jour!

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...