Jour de pêche en Acadie…

L’Acadie. Quand on parle de nos « cousins canadiens » on pense bien souvent uniquement aux québécois, en laissant de côté les acadiens. Grave erreur car cette région méconnue située au Nord-Est du Nouveau Brunswick a une culture francophone pourtant très présente.

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_01

Saviez vous d’ailleurs que le Nouveau Brunswick est la seule province canadienne officiellement bilingue? Eh oui, bien qu’on puisse être servis dans les 2 langues dans chaque province, le Québec est en fait officiellement une province francophone et les autres provinces sont anglophones, il fallait le savoir! ;-)

Dès notre arrivée sur les côtes acadiennes morcelées par le vent, les armoiries tricolores - le drapeau acadien ressemble trait pour trait au drapeau français, avec une étoile jaune en plus – nous accueillent, au grès des phares et maisons typiques arborant fièrement leur origine.

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_02

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_03

Notre première étape fut la petite ville de Caraquet - à prononcer Caraquette ! - où nous devions arriver à la fin de la journée. En ce début frileux du mois de Mai, la ville sortait tout juste de son engourdissement hivernal et une certaine fébrilité ambiante se faisait sentir imperceptiblement…

En effet, la fin de l’hiver se faisant attendre cette année, le début de la saison de pêche au homard et au crabe était grandement attendue par tous les pêcheurs de cette petite bourgade. Ainsi, tant que la glace n’est pas totalement fondue, les bateaux sont malheureusement bloqués au port.

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_04

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_05

Alors que les dernières lueurs du jour s’étendaient sur la Baie des Chaleurs, l’excitation de la prochaine reprise de la pêche était bien présente, chaque bateau armé de ses cages, paniers et bouées, les marins affairés aux derniers préparatifs et sur le qui vive en attente du signal de départ.

Les derniers rayons de soleil réchauffant le paysage nous permirent de profiter du port et du bord de mer encore enneigé ici et là, avant de rentrer déguster au chaud un homard - venant de Nouvelle Écosse où la saison de pêche avait déjà commencé - acheté dans une épicerie locale.

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_06

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_07

A la base, nous devions passer la nuit au camping Caraquet, dans une roulotte… Autant vous dire que nous n’en menions pas large lorsque le propriétaire du camping devait nous appeler le jour même pour nous signaler qu’il n’allait pas être possible d’y dormir à cause de la neige toujours présente

Pourtant, il nous avait prévenu le mois précédent lors de notre réservation qu’il y avait alors encore 7 pieds de neige - à peu près 2 mètres – mais notre optimisme à toute épreuve en pris un coup. Heureusement pour nous, la basse saison devait nous permettre de trouver sans problème un autre hébergement.

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_08

coucher-de-soleil-port-de-caraquet-nouveau-brunswick_09

C’est ainsi que nous devions trouver refuge à la Maison Touristique Dugas, dans une petite suite chambre / salle de bain / salon avec canapé lit / cuisine permettant de coucher 4 personnes, pour le prix tout à fait raisonnable de 125$ taxes incluses par nuit. Pas pire comme solution de rechange!

Sans parler que le propriétaire était vraiment adorable, pas avare de jaser pour un sou et plein de bons conseils! - le homard à 15$ c’était grâce à lui ;-)En somme, il fait bon s’arrêter à Caraquet, même si l’été la ville doit être un peu plus touristique et moins authentique qu’en hors saison peut-être.

Maison Touristique Dugas.
Caraquet, Nouveau Brunswick.

« »

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...