Revenir à la réalité…

Déjà 2 semaines que je suis de retour à Montréal. 15 jours que j’ai retrouvé ma vie, comme de si de rien n’était. Ou presque. Car si dans les faits tout ce qui caractérise ma vie m’attendait bien sagement à Montréal, je sais que rien ne sera plus comme avant. Je sais que ça peut paraître un peu sur-vendu de dire ça, mais le Brésil a été une révélation.

Big-Blog-Exchange_Final_Rio

En gagnant le Big Blog Exchange, j’avais le sentiment de partir vers une aventure inconnue qui serait le voyage d’une vie. Et je ne me trompais pas, j’ai passé 10 jours comme dans un rêve éveillé, à en découvrir autant sur ce magnifique pays qu’à me découvrir moi même.

Je pense que ce changement qui s’est opéré en moi même est encore imperceptible pour ma famille et mes amis… et pourtant je me sens réellement différente. J’ai repoussé au maximum de revenir écrire ici, car j’avais l’impression que venir coucher ces quelques mots à l’écran aurait bien trop un goût de « fin »…

Mais je réalise à présent que ce n’est que le début du reste de ma vie… Moi qui n’étais auparavant pas du tout attirée par l’Amérique du Sud, j’y ai ressenti des émotions comme jamais ailleurs. Le souffle coupé devant les chutes d’Iguaçu, le cœur qui bat à 100 à l’heure sur la plage de Copacabana, cette sensation d’être… « à ma place ».

A 25 ans, je ne pensais plus être capable de changer encore autant. Moi qui pensait être devenue cet adulte raisonnable partie construire une nouvelle vie réussie à 5000 km de sa famille et de ses amis, cette fille au cursus « sans faute »… un peu casanière, voilà que je me prends désormais à rêver de tout autre chose.

Avec deux parents aimants et une petite sœur formidable, j’ai conscience d’avoir eu la chance de vivre une vie plus qu’heureuse jusqu’à présent. Même la perte de mon frère il y a 10 ans de cela est une épreuve que j’ai finis par surmonter avec le temps… Il me manque toujours terriblement autant, mais j’ai appris à vivre ainsi.

Big-Blog-Exchange_Final_Foz-do-Iguacu

J’ai grandi sans ce grand frère à qui j’aurais aimé demander des conseils sur les garçons, j’ai pris sur moi même et ai essayé d’être la meilleure grande sœur pour ma petite sœur. Je ne peux nier que ce drame aura fortement influé la personne que je suis devenue. Mais aujourd’hui, que la douleur est moins vive, j’aimerais vivre au delà.

Vivre au delà de cette peur constante de perdre ceux que j’aime, de cette peur qui me prend aux tripes, cette peur de ne pas assez aimé et être aimé, cette peur de faire des erreurs. Je réalise maintenant que j’ai passé tellement d’années à avoir peur de la vie, que j’en ai en vérité oublié de vivre réellement

Accrochée à l’arrière d’une moto taxi, les cheveux au vent et le visage fouetté par la vitesse… Sur la plage à Rio par un lundi matin pluvieux, seule assise sur le sable à manger ma glace à l’açaï… Je me suis rendue compte que j’avais besoin de ces moments égoïstes pour me sentir réellement moi même, me sentir vivante tout simplement.

J’avais toujours eu trop peur de voyager seule, moi la petite fille timide qui n’osait pas assez s’ouvrir aux autres… Mais ce voyage m’a appris que voyager seul ne veut pas dire connaître la solitude. En fait, j’irais presque jusqu’à dire que je n’ai jamais sympathisé avec autant de personnes que pendant ces 10 jours!

Je me suis littéralement redécouverte. Cette fille insoupçonnée qui s’en fout de ne pas parler parfaitement anglais, cette fille qui s’ouvre au monde en allant vers les autres, en osant parler de même à quelqu’un qu’elle ne connaît pas… je n’ai qu’une envie : explorer ce « nouveau » moi que je sais maintenant que je suis capable d’être!

Ces 10 jours ont été tellement intenses en émotions, j’ai rencontré tellement de personnes formidables que j’ai eu le cœur serré de quitter… Que ce soit cette Canadienne, cette Australienne, ces Brésiliens ou même cette Allemande rencontrée par hasard aux chutes d’Iguaçu alors que nous nous prenions en photo mutuellement…

Depuis 15 jours, même si je suis contente de retrouver certains aspects de ma vie, j’avoue ne plus être totalement dans cette réalité… J’ai peur que mon cœur soit resté au Brésil, et ma vie ici me paraît bien plate en comparaison. C’est simple, mon cœur me crie de tout lâcher pour repartir sur la route, pour me sentir vivante comme jamais à nouveau.

Vous vous doutez bien que mon côté raisonnable m’en empêche, mais maintenant que la graine est plantée… Je n’ai qu’une envie, goûter à nouveau à l’exaltation du voyage, poser mon sac à dos en Amérique du Sud pour quelques mois, apprendre le portugais dont mon cœur connaît la sonorité depuis toujours, retourner sur cette plage à Rio…

J’ai l’impression de paraître complètement folle mais pour l’instant je n’arrive plus du tout à me projeter dans cette vie que je côtoie tous les jours. Mon corps est bien là, mais ma tête est tout ailleurs. Et si ce n’est la joie d’avoir ma sœur avec moi pour le mois, mon quotidien me semblerait bien morne…

Ecrire ces quelques mots ne fait que renforcer ce relent de nostalgie qui ne me quitte plus depuis mon retour. Je culpabiliserai presque d’avoir envie d’ailleurs alors qu’en théorie j’ai presque tout pour être heureuse. J’ai peur de lire l’incompréhension dans le regard de mes proches qui ne comprennent pas

Et pourtant je n’ai plus peur d’avoir envie de vivre mes rêves…
Je n’ai plus peur d’être seule, d’être moi.

PS: ce voyage m’était offert dans le cadre du Big Blog Exchange, sponsorisé par Hostelling International.

« »
  • Je pense que ça fait toujours ça quand on revient d’un voyage. le quotidien, qui réserve bien moins de surprises, parait morne. ça s’estompe avec le temps et ça permet de revivre cette exaltation lors d’un prochain voyage !

    • @Djahann j’espère la revivre très vite alors! ;-)

  • Pour avoir voyagé je sais ce que tu ressent. Quand on va mal on dit souvent « je vais partir loin ». Mais comme on repond souvent, « ce n’est pas en partant loin que tu lâches tes problèmes ». Bref tout ca pour dire que partir, oui, ca change pas mal de chose en apparence mais pas de le fond. C’est un déclic. Comme tu sembles raisonnable et ne pas aimer les choses faciles, ca va te plaire Ton challenge est de tenter de te sentir libre et bien chez toi malgré les apparences de ta vie connue. Rien ne t’empêche de faire de nouvelles choses, de partir seule ou avec des amies faires des treck…  à toi de réinventer pour te sentir vibrer. Moi je suis nostalgique des mes 3 semaines au canada. J’ai hate d’y revenir voir mm d’y habiter. Mais je ne pense pas que ce soit si facile que ca. A l’occasion j’aimerai bien en discuter en MP. Bise ma belle !

    • @cocci merci pour tes conseils, si tu veux discuter du Canada n’hésites pas à m’envoyer un mail! ;-) (thegreengeekette [at] gmail [dot] com)

  • Alors, il faut le faire. Pour ne pas regretter. Tant pis, il faut se foutre de ce que les autres pensent et faire ce que l’on a envie. Fonce !

    • @Xel0u le l0up wouah merci de me soutenir, ça fait plaisir!

  • Quel bel article,  effectivement ça ne doit pas etre évident de revenir à la réalité !! Courage ;)

    • @powings merci d’être toujours là à mon retour! ;-)

  • […] Déjà 2 semaines que je suis de retour à Montréal. 15 jours que j'ai retrouvé ma vie, comme de si de rien n'était. Ou presque. Car si dans les faits tout ce qui caractérise ma vie…  […]

  • Excellent article et superbe vidéo.
    Tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir de lire que le Brésil a été pour toi une révélation. Mission accomplie.
    J’espère qu’on te reverras en terre brésilienne un de ces jours.
    Biz

    • @Stephan Leuenberger promis si je repasse au Brésil et à Rio comme je l’espère, je te ferai signe! Merci encore pour cette expérience incroyable, c’est en grande partie grâce à toi! :)

  • Ton article est génial ! J’ai pris un plaisir fou à le lire, je m’y suis retrouvée. J’ai fait récemment l’expérience du « voyage en solo » et comme toi je n’ai jamais rencontré autant de gens qu’en voyageant « seule ».
    Bises

    • @Miss Blemish merci <3

  • Comme cet article me parle !
    Il y a un an, je revenais de Thaïlande, mon premier « long voyage » en dehors des frontières européennes que j’avais parcouru de long en large.
    Mon premier vol en avion, et mon premier vrai « choc culturel ».
    Lorsque j’en suis revenue, j’étais moi aussi changée… Je retrouve beaucoup des points que tu mentionnes ci-dessus… En France, lorsque je rencontre des étrangers, j’ai beaucoup de mal à sortir quelques mots d’anglais (alors que j’ai un très bon niveau)… La peur d’être ridicule sûrement… Là-bas, les mots sortaient tout seul, et le plus important était de se faire comprendre. De la même manière, je négociais beaucoup, ce que je n’ose jamais faire chez nous (mon maître mot : la discrétion ^^)
    Et puis il y avait eu cette découverte du monde, ce survol de l’inde, du Pakistan etc, et comme un flash qui, d’un coup, me faisait sentir ce vaste monde et les infinies possibilités qui s’offraient à moi  …
    Ma vie a été difficile à reprendre au retour… Mais avec le recul, je réalise qu’il est parfois beaucoup plus difficile de trouver ce « flash » et ce bien-être chez soi, qu’à l’autre bout du monde… Mais si on parvient à le trouver, alors je crois que nous avons tout gagner. Etre bien chez soi, là où il nous semble ne plus y avoir de surprises, c’est être encore plus ouverte aux ailleurs que l’on visitera ensuite…
    Alors voilà, depuis, je poursuis mon petit bout de chemin en France, en m’extasiant parfois devant une nouvelle traboule lyonnaise que je n’avais pas encore découvert, ou en me baladant dans les vestiges moyenâgeux d’une de nos merveilleuses villes… 
    Et avec l’idée, toujours, de survoler à nouveau une partie de notre monde pour aller à la rencontre d’un nouveau territoire… Histoire de prendre un nouveau souffle.
    Laisse du temps au temps, et profite à fond de ces souvenirs que tu t’es crée !
     
    Des bisettes lyonnaises

    • @Rose tu as tout compris je crois. ;-) Il faudrait que je vienne visiter Lyon à l’occasion, je ne m’y suis rendue que 2 fois pour voir une amie mais on avait pas fait tant de tourisme que ça!

  • Ah ma petite Geekette, il me semblait pourtant t’avoir prévenue! ;)
    Les premiers voyages sont les moments où l’on se découvre, les plus exaltants! Toujours très dur de revenir au quotidien après ça! C’est une drogue!!!!
    Super vidéo au passage et j’attends que tu me racontes tout ça de vive voix! Xxx

    • @Aléna promis je te raconte tout ça très vite dès qu’on trouve le temps de se voir miss! :)

  • hello, ton article est magnifique. Autant de passion dans un voyage, autant d’amour d’un lieu! C drole car je regardais hier un  document sur les gens qui voyagent seuls. Dans le doc, la femme etait marié avec enfants et c’etait la 1er fois qu’elle partait seule. Le drole dans l’histoire, c’est l’engouement et surtout elle disait qu’elle a retrouvé son elle interieur. Elle disait qu’en etant seule, ca lui revenait deja moins chere, qu’elle etait bcp plus ouverte aux autres et avait vraiment decouvert les lieux  ou elle etait en voyage. mais surtout en etant seule , elle s’est ecouté, retrouvé et se sentir simplement vivre avec son moi interieur etait une richesse formidable. Une autre pareil  mais dans une ambiance plus sportive. Je ne sais pas si je suis legitime pour te donner des conseils mais je te dirai qu’on a qu’une vie et tu as reussi a vivre au canada pourquoi pas le bresil. vu que pays emergeant, tu auras peu etre plus de faciliter a trouver un job. je te dirais que tu aurais choisi berouth, ce serait plus delicat mais brasil c’est chaleur douceur couleur . que du bonheur. tes photos m’ont bcp plus et un jour j’irai. kiss la belle. lmerci pour ce partage d’aventures. petite isa
     

    • @petite isa c’est exactement ça, en étant seule j’étais plus ouverte, plus dispo pour faire des rencontres, ça laisse réfléchir… ;-)

  • Oui mes meilleurs voyages sont ceux que j’ai fait seule.
    Ne pas dépendre des envies de l’autre. Aller où on veut quand on veut.
    Parler naturellement aux gens, car il faut l’avouer en couple quand on voyage on s’isole beaucoup pour partager des moments à deux.
    L’amérique du Sud ne m’attire pas spécialement mais je dois avouer que tu attires ma curiosité.
    Bon le problème quand on a vu une fois qu’on se débrouillait très bien dans un autre pays et gouté au plaisir de la découverte d’autres nations, on est piqué par le symptome du voyage impulsif :)

  • Des souvenirs plein la tête je comprends que tu aies du mal à atterrir :) Mais tu repartiras pour mieux revenir ^^

    • @Sib oui je n’en doute pas!

  • […] ai mangé pas moins de 3 pendant mon séjour, dont la dernière le cul assis sur le sable, à rêvasser face à la mer… Du coup, ni une ni deux, prise de nostalgie il fallait que je tente de reproduire la recette […]

  • J’ai connu ça après mon passage dans le Yucatan au Mexique. Un morceau de moi est resté là-bas, je me sentais en phase alors que je suis française et expatriée au Québec… Quand je suis revenue à Montréal j’avais trouvé ça plate aussi mais on se réadapte et tu peux toujours repartir en voyage ou préparer un autre projet expatriation :) 
    En ce moment je suis de retour en France depuis 2 semaines où je pensais retenter une réinstallation (pour le 3ème fois…) après presque 8 ans au Qc et là mon âme me crie reviens au Qc!!! je pense repartir dans 1 mois, on m’appelle la girouette et encore c’est une des choses les plus sympas qu’on pense de ma forme de vie… Il faut je pense trouver un équilibre et Montréal est ton équilibre actuel en attendant autre chose qui sait ;) 
    Encore une chose ton article me touche profondément car j’ai bientôt 31 ans, par moment je me sens vieille et à la ramasse face à ma vie, j’ai la sensation d’être passée à côté de ma vie à cause du passé familial et de mes 3 tentatives de réinstallation en France (2010-2012-2013) qui ont toutes échouées. Je constate que tout ce gâchis c’est parce j’ai également passé des années à avoir peur de la vie, que je n’ai pas vécu ma vrai vie, pas vécue ma chance du Canada non plus. Mais en lisant ton article je me dis qu’il est temps que je fonce, que j’arrête de perdre du temps précieux et je veux aussi me sentir vivante. On se croisera peut être un jour sur Montréal, profites de la vie car ton déclic est positif !

    P : ce que tu vis au Brésil ça se nomme « saudade »
     
     

  • […] avoir crissement rien à faire de ce continent il y a encore 6 mois de cela, et comme depuis mon voyage au Brésil, je n’ai qu’une envie : y retourner! Aller voir les statues de l’île de Pâques […]

  • […] que je savais encore moins, c’était combien ce voyage allait me changer. Combien j’allais revenir bouleversée, changée, grandie. On ne revient jamais vraiment indemne d’un tel voyage. Plus de 6 mois […]

  • […] Déjà plus d’un an que je suis revenue du Brésil. Plus d’un an que ma vision du monde a changé et que l’avenir m’apparaît différent maintenant… En 2 ans, Montréal m’a apporté énormément – plus que je ne saurais l’écrire – mais ce voyage de seulement 10 jours au pays de la samba, comment dire, a TOUT bouleversé. […]

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...