Sherlock Holmes… un film qui préfère l’action à la réflexion?

Matraquage médiatique oblige, qui n’est pas passé ces dernières semaines devant les affiches du dernier film de Guy Ritchie: Sherlock Holmes. Je dois avouer que les affiches sont plutôt bien réalisées (merci photoshop) et donnent assez envie de voir le film. Du coup, partant sur un bon à priori, je n’ai même pas pris le temps de regarder la bande annonce avant de découvrir le film pour de bon.

Et là, je dois avouer que j’ai un peu déchanté, non pas que le film soit mauvais (au contraire ils a quelques bons atouts) mais plutôt parce qu’il ne correspondait pas vraiment à l’image que je m’en étais faîte… En effet, en tant que grande fan d’Hercule Poirot et de ses petites cellules grises, je m’étais en quelque sorte habituée au flegme britannique et je m’attendais à voir en Sherlock Holmes un héros de déduction, bref un homme uniquement cérébral.

Eh bien j’étais un peu à côté de la plaque car notre notre cher héros est bien plus que ça! Guy Ritchie l’a fait passer par la case dépoussiérage et on se retrouve finalement avec un personnage assez déjanté et un poil plus rentre-dedans que l’original. Je reprocherai peut être le côté un peu trop film d’action qui a été donné, mais après tout c’est une question de goûts personnels car vérification faîte sur Wikipédia, Sherlock Holmes est effectivement un sportif accompli (baritsu, boxe et escrime). D’ailleurs, bien que je ne sois pas fan des séquences en slow-motion, celles-ci ont au moins le mérite de montrer le côté hyper réfléchi du personnage, même dans des situations extrêmes.

Au final on se retrouve avec un film qui laisse un peu l’intrigue de côté pour se concentrer sur les personnages. Un film d’action au rythme soutenu où on se laisserait charmer par Mr Watson le gentleman anglais et même presque par le misogyne Mr Holmes. ;-) En fin de compte, un agréable divertissement, si ce n’est que je préfère toujours l’utilisation des petites cellules grises à la violence… mais bon Holmes n’est pas Poirot!

« »
  • Bah moi je trouve qu’il les utilise aussi pas mal ses cellules grises, les scènes d’action donnent un bon rythme au film (même si j’aime bien Poirot aussi, disons que c’est pas le même style). Sinon juste comme ça, pourquoi misogyne, Mr Holmes ^^ ?

    • Misogyne que c’est un célibataire endurci, pas toujours très délicat avec les femmes… Je pense notamment à la scène du restaurant où il déballe à Mary les déductions auxquelles il est arrivé avec assez peu de délicatesse… (ce qui lui vaut d’ailleurs de se prendre un verre de vin sur la tête ^^) mais aussi au fait qu’il ose à peine s’avouer à lui même à quel point il peut tenir à Irène Adler. Alors misogyne sûrement un peu, après peut être pas complétement! ;-)

  • Pas encore vu le film, et pourtant grand fan de Arthur Conan Doyle, mais je me doutais bien qu’ils allaient mettre de côté un peu la matière grise.
    J’irai le voir pour me faire une idée.

  • C’est vrai que le personnage est différent du livre ^^ Ce coté au départ m’a fait peur quand j’ai vu la bande annonce mais quand j’ai vu le film j’ai trouvé que tout s’accordait avec le personnage (certes amelioré) mais comme tu le dis certains visuels nous demontrent le contraire !

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...