5 raisons pour lesquelles j’aime vivre à Montréal plutôt qu’à Paris.

C’est en tombant grâce à Adeline sur l’article de Cynthia qui listait ses 5 raisons pour lesquelles elle préfère vivre à Paris qu’à Montréal,  que j’ai eu l’idée de faire la même chose, mais en sens inverse! Car ce n’est de secret pour personne, c’est tout sauf la mort dans l’âme que j’ai quitté Paris il y a déjà 3 ans de cela…

montreal-winter-time_01

1 / Il est très facile de s’orienter à Montréal

Certains me diront que c’est parce que je suis une femme, mais je n’ai jamais été vraiment bonne pour m’orienter dans une ville (rappelons nous l’épisode Washington DC ^^). A Paris, lorsque je me rendais à une soirée, c’était toujours la croix et la bannière pour ne pas me perdre, obligée de consulter Google Maps à l’avance…

… de noter le métro où descendre, de dessiner un mini plan des rues alentours pour savoir où aller en sortant du métro, bref la galère. (oui, tout le monde n’a pas un smartphone avec connexion data ^^) A Montréal, au contraire, une fois qu’on a pigé comment ça marche, c’est super facile!

Le boulevard Saint Laurent qui divise la rue d’Est en Ouest, les numéros qui incrémentent depuis le fleuve, facile. D’ailleurs icitte, on donne moins une adresse précise qu’un coin de rue. Par exemple avant j’habitais coin Sainte Cath’ / Saint Marc, that’s it les gens situaient en 2/2 où c’était.

Tu finis par connaître la plupart des rues principales de la ville, et franchement pas besoin de plan, on se perd beaucoup moins ! 😉 C’est le bon côté de la ville “à l’américaine” quadrillée comme du papier musique contrairement aux innombrables petites ruelles françaises. (bon ok, ça a moins de charme aussi ^^)

montreal-winter-time_02

2 / Les loyers sont moins chers

A Montréal, les chambres de bonne au 7 ème étage sans ascenseur, ça n’existe pas. Et même si on accuse les français (à raison ceci dit) de faire augmenter les prix des loyers partout en ville, il n’empêche qu’on vit ici beaucoup moins dans des clapiers à lapins, et qu’on paye quand même vachement moins cher pour ça!

C’est simple, à Paris je vivais dans un petit 2 pièces de 30 mètres carrés que je payais 950€, ce qui représentait la moitié de mon salaire! (et pourtant, j’étais pas dans le centre de Paris ni dans un quartier trendy, j’étais à l’extrémité du 13 ème arrondissement, à la limite du périphérique et à 10 minutes du métro ^^)

A Montréal, pendant 2 ans j’ai payé 850$ (soit moins de 600€) pour un 3 1/2 comme on dit ici, un appartement de 50 mètres carrés, situé à 3 minutes du métro en plein centre ville, tout compris – électricité, eau, chauffage, aucune mauvaise surprise quoi – on s’entend que c’est quand même vachement moins cher non?

Autrement dit, ici à peine plus de 1/4 de mon salaire passait dans mon loyer (bon ok 1/8 si je veux être honnête vu qu’on partageait ^^)  contre l’équivalent du double à Paris, je ne trouve pas ça négligeable. Renvoyez moi à cet article dans quelques mois quand j’habiterai Londres et que je pleurerai, s’il vous plaît…

montreal-winter-time_03

3 / La météo n’arrête pas la vie

Je ne relancerai pas le débat comme quoi dès qu’il y a 2 cm de neige en France, la vie s’arrête, mais ici peut importe le temps dehors, la vie continue. Autant l’été où la canicule n’arrête pas les dizaines d’événements gratuits aux quatre coins de la ville (comme la Place des Arts dont on ne reverra plus la macadam vierge jusqu’à l’automne)…

… que l’hiver où la neige n’arrête rien ni personne! Au contraire, je n’ai jamais eu plus envie de sortir de chez moi l’hiver qu’au Québec. Mise à part les épisodes de slush dégueulasses et les dangers des trottoirs verglacés, je prend un plaisir infini à marcher dans les rues de Montréal par un soir d’hiver…

Même rendue à mon troisième hiver ici, j’ai toujours cet espèce d’émerveillement à regarder la ville endormie sous son manteau neigeux. Peut-être parce que justement en France je ne voyais jamais de neige par chez moi? Et puis ici, l’hiver on se reste finalement pas plus enfermé chez soi que l’été.

Week-end en chalet entre potes, glissades sur tubes, patinoire en plein air, cabane à sucre, spa dans la neige (je vous ai déjà parlé du bonheur absolu d’être dans un jacuzzi en extérieur avec de la neige autour par une température négative ?), stations de skis à moins d’une heure (en fait ça moi je m’en fou mais bon ^^)

De manière générale, le montréalais ne reste jamais bien longtemps inactif! Je me suis prise ici d’une véritable passion pour le sport, et moi qui détestais sortir dehors pendant l’hiver en France, je suis la première surprise à avoir pris le goût de faire du bootcamp ou des burpees dans la neige!

montreal-winter-time_04

4 / On se sent en sécurité

C’est un argument qui revient souvent de la part des filles. A Montréal, tu peux tout à fait te promener en mini mini jupe à 3 heures du mat’ sans être importunée le moins du monde. Après, je ne dis pas, il y a des fous partout quand même (Luka Rocco Magnotta ça vous parle? ^^) mais bon on se sent quand même pas mal en sécurité ici.

En 3 ans, je ne pense pas avoir jamais eu de commentaire déplacé de la part d’un mec (par contre j’ai des potes qui se sont déjà fait mettre la main au cul dans le village, mais ça c’est autre chose lol) et même si à Paris il ne m’étais jamais rien arrivé, j’avais eu des échos pas toujours très rassurants…

D’ailleurs, autre point à Montréal tout le monde a son smartphone de sorti dans les transports en commun! Alors qu’avec tous les vols à l’arraché qui ont lieu dans le métro parisien, on s’entend que faut être un peu inconscient pour encore oser sortir le sien… (ah tient, 500€ qui viennent de s’envoler ^^)

En règle générale, les gens ici sont beaucoup plus ouverts, souriants, moins stressés et enclins à aider qu’à Paris! C’est une chose qui me pesait vraiment à Paris, la froideur des gens, la mauvaise humeur ambiante, les conduites irrespectueuses… A l’inverse le montréalais ne se mine pas le moral pour un rien!

Tu es perdu dans la rue avec ton plan? Aller, je gage qu’en 5 minutes pas moins de 3 personnes vont te proposer de t’aider à trouver ton chemin. Ici les gens font patiemment la queue en attendant l’autobus (par contre ils savent pas se tasser mais ça on en reparlera ^^), et puis tu dis bonjour et aurevoir au conducteur d’autobus! =D

montreal-winter-time_05

5 / On baigne dans un joyeux melting-pot

Vivre à Montréal, c’est dépaysant. Dans le sens où tellement de choses sont communes avec la France qu’on se sentirait un peu “chez soi”, mais où en même temps l’influence du voisin américain n’est jamais bien loin… J’aime le fait que Montréal soit bilingue, entendre à un coin de rue parler français puis anglais 2 blocs plus loin.

J’aime découvrir de nouveaux mots de québécois, rire en me rendant compte que moi aussi j’ai finalement adopté certaines expressions plutôt inusitées! Je ne me lasse pas d’entendre cet accent chantant qui s’il ne me fait plus surprend plus vraiment, me fait toujours sourire malgré moi, je n’y peux rien, ça me donne la pêche moi!

J’aime la VIBE de cette ville, oui même ces hypsters à la chemise à carreaux / lunettes en plastique noir / barbe de 3 mois, ces filles qui ne portent pas de jupe sur leurs leggings sans en être gênées le moins du monde… Ici pas de jugement, tu peux être tatoué de la tête aux pieds, avoir les cheveux bleus / roses / whatever, personne ne te dira jamais rien.

J’aime ce bouillon de culture où j’arrive sans peine à trouver ma place, cette ville qui m’a permis de m’épanouir, d’être moins stressée qu’à Paris où ma vie c’était vraiment métro / boulot / dodo. Cette ville qui m’a aidé à m’ouvrir au monde, où j’ai pu m’affirmer et où j’ai pu rencontrer des gens totalement différents et pourtant si intéressants.

montreal-winter-time_06

Alors bien sûr, il y a encore plus de petites choses qui m’hérissent le poil, sinon après tout j’aurais fait le choix de rester ici plutôt que de rentrer non? Aucune ville n’est parfaite, mais ce que je n’aime pas au Canada sera l’objet d’un prochain article… En attendant, mes 3 années passées à Montréal auront de loin été chères à mon cœur…

Et toi, plutôt Montréal ou Paris?

« »
  • Je vois que tu as été rapide dans la rédaction de billet … tu me donnes envie de revenir à Montréal 😉

    • @Cynthia eh oui, ça m’a inspiré et j’avais le temps de l’écrire. J’espère qu’on se croisera à Paris en 2015 pour jaser de nos ressentis en direct! 😉

  • Heiiin, que quoi quand ?! Tu vas bientôt t’installer à Londres ? Mais c’est trop chouette 😀 Ça me donnera une excuse pour te rencontrer… :3

    • @The Girly Geek ah mais j’avais pas suivi que tu habitais Londres! Super ça, j’ai hâte de te rencontrer. 🙂

  • Je ne savais pas pour Londres, ce sera cool de te lire tes nouvelles découvertes et aventures !

    Avant de vivre au Canada je me moquais des plans quadrillés. Mais c’est tellement pratique… en revenant en Europe je ne savais plus lire une carte (bon j’ai jamais été très douée mais ça n’a pas aidé !)

    • @Kenza mais oui c’est tellement pratique les villes quadrillées! 🙂

  • Plutôt Montréal, je crois… Paris m’étouffe ! Par contre, si tu me demandes entre Lyon et Montréal, oulala, ce serait bien plus difficile ! Et félicitations pour Londres ! (oui, tu vas bien pleurer…)

    • @Isa je ne connais pas vraiment Lyon, j’y suis uniquement allée 2 courts week-ends mais j’avais bien aimé l’ambiance de la ville.

  • Héhé j’ai lu les 2 articles et faudrait que j’en écrive un à mon tour : pourquoi je préfère Londres à Paris ou Montréal :p

    En même temps, je viens de m’y installer, je ne suis pas encore objective. Profite bien de la neige avant de partir, elle me manque tellement. Ici, il fait doux. C’est probablement ce qui me choque le plus cet hiver !

    • @Yvette la chouette j’avoue que j’appréhende un peu l’installation à Londres, je me demande comment je vais le vivre après Montréal la calme et Paris l’agitée, hâte de lire ton article alors! 🙂

  • C’est fou comme la vision de Montréal peut varier quand on ne vient pas de Paris!
    Je suis d’accord avec toi sur plusieurs de ces points!
    Totalement en désaccord sur d’autres, mais tout dépend de notre expérience!

    • @Anne exactement, on ne peut pas tous avoir le même avis, sinon on serait mal barrés, on voudrait tous vivre au même endroit! ^^

  • Apres avoir vecu 3 ans a Londres, je suis arrivee ici il y a 2 semaines !
    Je suis sure que tu te plaira a Londres… forcement, en seulement 2 semaines, c’est impossible d’etre objective et donc pour l’instant, je prefere l’Angleterre et de loin !
    Mais je parie que dans peu de temps, je dirai tout l’inverse… rien que pour les prix ! 😉

    Bon demenagement !

    • @Daolin c’est vrai, tu a vécu à Londres et maintenant tu es à Montréal? Faut qu’on se rencontre alors pour jaser un peu. 🙂

  • je crois que bizarrement j’aimerais bien testé oui! découvrir la ville souterraine, les loisirs de plein air genre patin à glace sur les lacs gelés… mais l’hiver dure trop longtemps !! trop trop!!!

    • @working mum ah ah oui 6 mois d’hiver c’est sûr qu’on en peut plus rendus en mars / avril lol!

  • […] vous l’avais promis, après ma liste des 5 raisons pour lesquelles j’aime vivre à Montréal plutôt qu’à Paris, je me devais bien de vous expliquer un peu pourquoi malgré mon amour pour cette ville, j’ai […]

  • Je suis team Paris, je l’aime pour un millier de raisons (il faudrait que j’écrive un article là-dessus tiens) ! Mais je suis bien d’accord avec toi pour les plans quadrillés, c’est tellement pratique ! À Paris je suis incapable d’aller de Saint-Lazare à Madeleine sans vérifier sur mon GPS (et j’en ai honte)

    • @Flo ça m’intéresse de lire ton article, envois moi le lien quand tu l’auras écrit! 😉

  • Ah oui Londres tu vas pleurer… moi déjà je ne vis pas à Londres mais à Guildford, je paie déjà 950 pounds / mois… Mais bon la ville est chouette quand même !

    Faudra qu’on se voit ! 🙂

    Au fait tu déménages quand alors ?

  • […] avoir fait ce choix ? Récemment, en lisant les deux excellents articles de Boeingbleudemer et de GreenGeekette, je me suis rendue compte que moi aussi, je voulais faire le point, non pas pour me persuader que […]

  • […] de faire ce que je veux de ma vie. Je suis libre, et si demain je le veux, je peux autant retourner vivre à Montréal, que partir en trek en Patagonie, aller surfer en Australie ou même revenir vivre en France… […]

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...