Ici nous sommes là, et c’est normal !

Parfois j’ai l’impression que tout le monde se plaint tout le temps. Et à la réflexion, je dois le confesser, moi la première… l’influence de Paris peut-être? Bwahhhhh… Pourtant, j’adore faire ma boute-en-train, être pleine de joie et d’optimisme! Alors quand on est en bonne santé et entouré de gens qui nous aiment, pourquoi s’en priverait-on? 😉

Si j’vous dit ça, c’est parce que des fois, en prenant un peu de recul j’ai honte de râler pour trois fois rien alors que des personnes qui auraient bien plus de raisons de le faire font preuve d’un optimisme sans faille!

Notamment les personnes handicapées, j’avoue être la plupart du temps impressionnée par leur force de caractère, développée au grès des épreuves qu’ils doivent traverser au cours de leur vie, particulièrement en ce qui concerne le monde du travail.

Depuis 1987, l’Agefiph agit en faveur de l’emploi des personnes handicapées, en développant l’insertion professionnelle des personnes handicapées et leur maintien dans l’emploi grâce à des aides financières et des services mis en œuvre par un réseau de partenaires.

Les ressources de cette association proviennent des contributions des entreprises de 20 salariés et plus n’atteignant pas le quota obligatoire de 6% de personnes handicapées parmi leurs salariés. Et parce qu’on en parle jamais assez, l’Agefiph lance une campagne de sensibilisation.

Cette campagne est découpée en 2 temps, en premier lieu une phase de teasing, qui était visible du 1er jusqu’au 13 mars derniers. Pendant cette période, l’ensemble des 100 entreprises partenaires a affiché un message énigmatique « Ici, nous sommes là, et c’est normal ! ».

Avec plus de 12 000 lieux d’affichage, peut-être êtes vous tombés sur cette campagne? En tout cas, le but était de donner une visibilité accrue dans les sièges sociaux, les succursales et les points de vente.

Depuis le 14 mars, la phase de révélation a débuté et l’Agefiph a dévoilé son nouvel ambassadeur, Grégory Cuilleron, un jeune Lyonnais de 30 ans ayant une agénésie du bras gauche et diplômé d’une licence de management et gestion de la relation client.

Il a longtemps travaillé dans la communication et plus particulièrement dans l’événementiel spécialisé dans la gastronomie avant d’être propulsé jeune star de la cuisine amateur de différentes émissions télévisées. Cette passion, il la met désormais au service de l’ouverture de l’emploi aux personnes handicapées aux côtés de l’Agefiph.

La campagne se décline à la télé (plus de 500 passages TV prévus), dans la presse et sur le web, avec un spot mettant en scène Grégory Cuilleron et réalisé par Artus de Penguern.

Écrivain, scénariste, auteur, comédien, réalisateur et interprète de one-man-show, il a notamment joué dans « Saint Jacques… La Mecque », « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », « L’affaire Ben Barka ». Il est le réalisateur entre autres de « Grégoire Moulin contre l’humanité », « Scénarios contre les discriminations » et de plusieurs courts métrages.

[imagebrowser id=6]

Vous l’aurez compris, l’axe central de la communication que s’est fixé l’Agefiph est donc de « faire changer le regard et les comportements face au handicap dans la vie au travail » en s’adressant à l’opinion publique. Et avec un ambassadeur aussi charismatique que Grégory Cuilleron, on peut dire que ça marche!

« Il est de la responsabilité de l’Agefiph, non seulement de faire connaître ses aides et ses services, mais également d’agir pour que la représentation du handicap en situation professionnelle soit reconnue comme légitime », rappelle Jean-Marie Faure, Président de l’Agefiph.

Parce qu’au final, les personnes handicapées sont des personnes comme vous et moi, et que c’est juste normal qu’elles puissent s’épanouir dans leur emploi, faisons changer les mentalités et soutenons l’Agefiph!

Article sponsorisé

Partage propulse par ebuzzing

« »
  • Félicitations, pour faire connaître, via ton blog, la campagne de l’Agefiph en faveur de l’emploi des personnes handicapées et ainsi sensibiliser ceux et celles qui liront ton article.
    En espérant plus de tolérance envers un collègue handicapé.
    En espérant surtout qu’un recruteur saura reconnaître qu’un employé handicapé est une vraie richesse plutôt qu’un handicap pour son entreprise.
    Encore bravo, mille fois!

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...