Un périple suédois, épisode #1 : la grande aventure en stop !

J’avais jusqu’à présent été assez silencieuse sur mon aventure en Suède de l’été dernier. Pourtant, je dois reconnaître que cela a été un de mes voyages préférés de l’année, notamment de par son côté un peu sauvage et carrément imprévu. En effet, lors de ces quelques semaines qui devaient m’emmener dans ce beau pays nordique, peu de choses étaient finalement planifiées d’avance, si ce n’est ma participation à un trail.

Pour le reste, liberté et improvisation ont été les maîtres mots de ce voyage inattendu. RDV fut ainsi pris au départ de Paris un beau jour de juillet avec C., celui qui devait être assez fou pour m’accompagner dans ce périple. Puisque notre seule « échéance » – à savoir le trail – était encore éloignée, nous devions décider de tenter de nous rendre au milieu de la Suède avec un moyen de transport pour le moins jusqu’à lors inhabituel pour moi : le stop !

01_aventure-stop-europe-paris-suede

02_aventure-stop-europe-paris-suede

Pour cela, cap sur le Nord avec pour conséquence de nous retrouver à faire le piquet de grève à Porte de la Chapelle. En effet, nous avions décidé pour notre première journée de rallier Amsterdam, mais arrivant sur notre spot, nous devions presque nous décourager en constatant que déjà 3 autres groupes d’autostoppeurs étaient déjà présents. Pourtant, une bonne étoile devait veiller sur nous puisque nous fûmes les premiers à être pris !

Bon aller, soyons honnêtes, il ne s’agit que très peu de chance, et bien plus du fait qu’étant la seule fille, il est facile de comprendre que notre duo était de façon un peu arbitraire celui qui inspirait le plus confiance. Le reste de la journée continua sous ces bonnes augures, mise à part la dépose sur une aire d’autoroute où il nous fallu prendre notre courage à deux mains pour demander directement à un couple de belges s’ils acceptaient de nous prendre.

Et bien sachez le, cette technique marche aussi très bien ! En effet, s’il y a un risque de mettre mal à l’aise certaines personnes, le côté plus humain de cette approche augmente aussi beaucoup les chances de succès ! Quelques voitures, heures et kilomètres plus tard, c’est directement devant notre hôtel à Amsterdam que nous devions être déposés.

Le lendemain devait être une journée chargée, puisqu’ayant à la base prévu de rallier Berlin en deux jours, nous devions changer nos plans quand après avoir été pris par un routier polonais qui devait nous faire traverser la moitié de l’Allemagne – certes en ayant un mode de conduite peu conventionnel, vous auriez été rassurés vous du mec qui ouvre son atlas routier sur son volant pendant qu’il conduit ? ^^ – nous nous sommes finalement retrouvés sur une aire d’autoroute à seulement 30 minutes de notre point d’arrivée à 21h.

03_aventure-stop-europe-paris-suede

04_aventure-stop-europe-paris-suede

Alors que nous nous apprêtions presque à planter notre tente à côté du Mac Donald de découragement, c’est une mère de famille qui devait s’arrêter et finalement nous emmener jusqu’à une station de métro de la banlieue de Berlin. Parfait, nous n’en demandions pas plus et j’ai encore le sourire de ce trajet inattendu avec moi à l’arrière coincée entre les sièges auto de 2 bambins qui ne me quittaient pas des yeux.

La soirée qui devait s’en suivre devait être non moins haute en couleurs, puisque nous devions décider de nous joindre à un pub crawl organisé dans le cadre de l’événement couchsurfing « Back to Berlin 2015 ». C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à 22h dans un bar avec nos énormes sacs à dos, de quoi attiser la curiosité des autres voyageurs présents qui se demandaient bien ce que nous faisions ainsi chargés !

Entre deux verres de jus de canneberge (sans vodka, je vous assure ^^) la même question revenait : mais où dormez vous ? Et nous de répondre « oh, on ne sait pas encore »… Bon honnêtement, même si notre voyage était certes improvisé, je n’étais pas complètement tête brûlée et j’avais déjà repéré l’auberge de jeunesse à deux pas de là comme plan de secours.

Mais cela ne fut pas utile, puisqu’il ne fallu pas une heure pour qu’en discutant un peu plus avec les gens, deux allemandes nous proposent tout simplement de venir dormir à la maison ! Il faut dire qu’étant entourés de couchsurfers, ce n’était pas trop surprenant que nous puissions trouver un toit où s’abriter ! (même si quelqu’un nous a quand même suggéré d’aller dormir dans un parc car ça ne « craignait rien » lol)

05_aventure-stop-europe-paris-suede

06_aventure-stop-europe-paris-suede

Au final, cette première partie de notre aventure en stop devait se terminer ici, en se concluant par le réveil le lendemain matin dans un appartement plutôt sympa puisque nos hôtes n’avaient rien de moins qu’un toit panoramique sur la ville : « Welcome in Berlin » ! (vous l’aurez deviné, c’est la première photo de mon article)

Après un petit séjour à la découverte de la ville dont je vous parle ici au travers du Berlin gourmand, nous devions reprendre la route, cette fois là hélas avec beaucoup moins de succès. Et oui, on ne réussit pas à tous les essais, et c’est après être restés en rade pendant deux heures à la sortie de Berlin que nous devions renoncer au stop et réserver en urgence un covoiturage qui nous déposera finalement devant le quai d’embarquement du ferry pour la Suède… 15 minutes avant le départ !

Avouons le, nous avons eu chaud aux fesses sur ce coup là ! Mais comme nous avions réservé le ferry, nous ne pouvions pas nous permettre de le manquer… De quoi donner le ton du début de notre aventure suédoise qui devait nous réserver encore de beaux moments. Car le stop, plus qu’un moyen d’économiser sur les transports, c’est pour moi une philosophie de voyage !

Ma mémoire commence à me faire défaut et je ne saurais me rappeler exactement de toutes ces belles rencontres, mais les premières qui me viennent en tête sont plutôt insolites. Je repense notamment à cette petite mamie qui ne parlait pas un mot d’anglais et qui s’acharnait à me parler en suédois en étant persuadée que j’allais comprendre à force !

07_aventure-stop-europe-paris-suede

08_aventure-stop-europe-paris-suede

Ou alors à ce frère et cette sœur iraniens qui nous ont carrément offert le thé dans un verre en cristal dans leur voiture. Mais la rencontre que je garde le plus en mémoire, c’est une de celles qui changea peut-être un peu le cours de notre voyage. Alors que nous étions sur le bord de la route avec un panneau indiquant « NORR » soit la direction nord en suédois… (et oui, quand vous ne cherchez pas à aller quelque part en particulier, juste marquer la direction marche très bien)

… un conducteur s’arrête et nous propose de nous prendre pour nous emmener à Nora, sa ville. En effet, il avait mal lu notre panneau et confondu le dernier R avec un A. Ni une, ni deux, nous regardons sur la carte où est située Nora et il se trouve que c’est au nord ! Alors sans hésitation, nous décidons de nous laisser embarquer.

Dans son extrême gentillesse, notre chauffeur ira même jusqu’à nous déposer au parfait spot de camping du coin, au bord d’un lac où un magnifique coucher de soleil n’attendait que nous. Le seul hic dans l’histoire fut que nous n’avions pas prévu le coup en termes de réserve de nourriture, et notre dîner fut finalement composé uniquement de nos restes, soit de bananes et de noix. ^^

Le lendemain matin, c’est le long de la voie ferrée désaffectée que nous devions marcher pour rejoindre notre nouveau spot. Cette fois ci, chat échaudé craignant l’eau froide, nous avons largement prévu nos réserves de nourriture, en décidant de tester notamment les fameux « tubes » de tartinades suédois. (je vais être honnête, c’est quand même particulier ^^)

09_aventure-stop-europe-paris-suede

10_aventure-stop-europe-paris-suede

Bref, vous l’aurez compris, le stop fut le fil rouge de notre grande aventure suédoise. Je ne compte pas les kilomètres parcourus exclusivement de cette façon, à l’exception de deux fois où nous devions prendre le bus pour être sûrs d’arriver à temps à notre lieu d’hébergement du soir. D’ailleurs, ce qui est fort drôle dans l’histoire c’est que même en prenant le bus, nous devions plus galérer qu’autre chose à cause d’une correspondance ratée…

Mais dans notre malheur, le chauffeur de bus finalement vide devait accepter de faire un détour pour nous déposer au bon endroit ! Bus privé, qui dit mieux ? Je vais arrêter là mon récit pour cette fois ci, mais je reviens très vite avec un deuxième épisode pour vous parler d’une autre facette de cette aventure : le couchsurfing !

Et toi, le stop tu as déjà tenté ?

PS : pour information, la Suède, tout comme la Norvège est un pays qui vous permet de planter votre tente en pleine nature gratuitement du moment que vous n’êtes pas trop proches des habitations. De quoi se lancer avec l’esprit tranquille en stop, car il suffit de camper lorsque la nuit tombe. 😉

« »
  • Super article, j’adore le ton très drôle et sympa !

  • Non, on a pas encore tenté le stop, par contre en Janvier nous avons traversé la Suède, la Norvège et un peu de Finlande par InterRail et c’était super 🙂 Bonne route!

  • Je ne connais pas la Suède, je vais suivre ce récit. Pour le stop, j’ai pratiqué étudiant sur les conseils d’un copains québécois. Là-bas, cela se pratique pas mal. Je suis monté de Lyon jusque Amsterdam notamment. La sortie Porte de la Chapelle je connais, quelle horreur. Je voyageais seul et je m’étais endormi debout avec mon panneau. Une voiture avait dû faire marche-arrière pour me demander si je voulais qu’il m’emmène ou non. J’avais refusé un peu avant un joli cabriolet car je voyais la météo se détériorer sérieusement. Les heures suivantes m’ont donné raison. On attend la suite. Philippe

  • Le stop a été la base de mon road trip en Aout 2015, avec un compagnon de route rencontré sur un site de rencontre de voyageurs. Départ de Paris (péage proche de la gare de Marne la Valée) avec pour direction l’Europe de l’Est. Aucun itinéraire prévu, ce seront les rencontres et le vent qui nous mènera jusqu’en Hongrie, à Budapest que nos chemins se sont séparés pour une seconde parti de voyage chacun de son côté toujours en total improvisation.

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...