Christian : le peu d’humanité qu’il restait à Paris

Christian, je ne le connais pas vraiment… et pourtant ces derniers mois, c’est presque tous les jours que nos chemins se sont croisés… 

Christian, c’est celui que tout le monde voit mais que personne ne regarde. Celui qui chaque jour vous attend devant votre entrée de métro pour vous distribuer votre journal du matin. Celui à qui plus exactement vous arrachez des mains votre journal du matin. Celui a qui vous ne dites ni merci ni merde parce qu’il se doit d’être là, c’est son job après tout.

Oui mais voilà, moi on m’a toujours appris à remercier les gens, à offrir mon sourire sans compter. Et c’est comme ça que tout a commencé… Vous comprenez bien, Christian il s’est fait une raison, et il n’attend rien de la part des parisiens. Alors quand petit à petit il s’est aperçu que tous les jours lorsqu’il me tendait le journal, je lui le remerciais avec un sourire et un “Merci, bonne journée”, eh bien ça lui a fait chaud au coeur à Christian.

Les mois sont passés et chaque matin (enfin chaque matin où je prenais mon RER à l’heure plus précisément puisqu’à 9h30 passé tous les journaux ont déjà été distribués) c’était devenu comme une habitude : “Salut, comment tu vas ? Bonne journée” toujours avec le sourire…

C’est con, mais savoir qu’en prenant quelques secondes pour échanger quelques mots je mets du baume au coeur d’un inconnu, moi aussi ça me fait chaud au coeur. Parce qu’un sourire ça ne coûte rien, et que les parisiens ont beaucoup à apprendre de ce point de vue là…

Aujourd’hui, c’était le dernier jour car la pause estivale de distribution de journal commence. Je ne verrai plus Christian le matin (et par conséquent je n’aurai plus mon journal pendant 2 mois) et sûrement plus jamais car j’espère déménager prochainement.

C’est un peu comme 2 inconnus qui se connaissent que nous nous sommes gauchement fait nos adieux ce matin… Car même si Christian est gentil et qu’il a insisté pour me donner son numéro de portable (j’ai pas osé refuser par peur de le vexer), c’était pour moi bel et bien des adieux. J’espère ne pas avoir donné de faux espoirs à Christian en ayant été simplement gentille avec lui, mais je ne compte pas le revoir dans un autre cadre…

J’ai conscience que ce billet n’a strictement aucun rapport avec un thématique bio ou geek mais j’avais envie de partager avec vous cette petite parenthèse toute simple et sans prétentions dans une vie parisienne où le côté humain est trop souvent absent…

« »
  • D’accord avec toi ! les parisiens ont beaucoup à apprendre de ce côté là !
    ça me fait peur parce que je me “parisianise” de plus en plus… glurps ! pauvre provinciale perdue dans le déluge de la vie parisienne !
    Heureusement déménagement dans un mois…! 🙂

  • c’est sympa de lui avoir dit merci et tout, moi aussi les rares fois ou je croisais un distributeurs de journaux, je leurs disais bonjours et merci.
    c’est vrai qu’ils ne doivent pas en avoir beaucoup.
    tes une gentille personne, continue comme ça miss

  • Rhoou tu m’as toute émue là…
    Et on s’en fout que ce soit pas dans la thématique! Garder quelques valeurs humaines et se faire du bien c’est pas dans la thématique green? Commerce équitable du sourire!

  • Je trouve cette parenthèse très touchante, j’ai beau dire merci à celui qui distribue le journal près du tram, j’ai du mal à le trouver sympathique tellement il nous courre après pour nous le refourguer.
    On est tous plus ou moins proche d’un inconnu, qu’on perd forcément de vue lors d’un changement d’habitude.

  • Ça n’a peut-être rien à voir avec un billet geek ou bio,mais tu soulève un point intéressant dans ton article.
    Effectivement un sourire un bonjour ou encore un “non merci j’ai pas besoin de ton journal” ça ne tue personne… Mais bon, il faut croire que certaine personne ne sont pas doté du don de politesse 😉

  • Et bien moi, je n’aime pas la gentillesse mais probablement que je suis fâché contre ce mot-là.
    Les bonjour/merci/sourire au distributeur de journaux ou au commerçant, cela relève à mes yeux de courtoisie, de politesse. Fortement lié à une culture et tout de même assez standardisé à Paris – je vais me faire huer là 😉 – mais sans doute bien moins populaire que certains souhaiteraient.
    Tu as pris son numéro à mon humble opinion par gentillesse (pour le coup) et tu t’éloignes de ce que tu veux réellement. Bien évidemment, tu n’as pas été contrainte mais tu n’étais pas libre non plus: tu as eu peur  de le vexer.
    Pour moi, la gentillesse fausse une relation. D’ailleurs, j’oppose souvent gentil à vrai.
    J’aime bien ce billet mais je reste dubitatif sur la généralisation au sujet des parisiens. D’une part, je ne sais pas s’il y a beaucoup de parisiens à Paris entre les touristes, les étudiants qui ne sont venus et resteront que le temps de leurs étude et ceux qui y ont décroché leur premier emploi et répartiront dès que possible … Ensuite, ce distingo à part, je ne sais pas si c’est une minorité qui dit bonjour/merci et sourit. Mais peut-être devrais-je moi aussi distribuer un jour pour me rendre compte ?
    J’espère que mon commentaire n’est pas trop long, off-topic j’aime bien ton blog et non je ne suis pas gentil, juste sincère (sourire).

  • j’ai remarqué que j’étais la seule aussi à dire bonjour au distributeur de journaux ! c’est dingue quand même !

  • […] petit monsieur du métro… A l’instar de Christian à Paris, tous les matins c’est le même petit monsieur qui m’attend devant l’entrée de […]

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...