Le jour où j’ai vu la couturière de “Shéhérazade : Les Mille et Une Nuits”…

Lorsque ma copine Émilie m’a proposé de l’accompagner voir le spectacle “Shéhérazade : Les Mille et Une Nuits” aux Folies Bergère, j’ai accepté avec plaisir et encore plus qu’en j’ai appris qu’on allait voir non pas l’avant première mais mieux: la couturière! Aka la dernière répétition générale filée… 😉

Autant dire que j’étais très enthousiaste à cette idée, moi la grande et éternelle fan des comédies musicales. En effet, comme je vous en avais déjà parlé, j’adore chanter… et je suis notamment une fan de la première heure de “Notre Dame de Paris” et “Roméo et Juliette”.

Forcément la barre était haute, et je dois avouer que “Shéhérazade : Les Mille et Une Nuits” n’a malheureusement pas réussi à atteindre la cheville de mes comédies musicales chouchouttes… Malgré un pitch de départ sympa, la réalisation n’est selon moi pas à la hauteur!

Tout d’abord au niveau du scénario : du grand n’importe quoi! Si on démarre bien avec l’histoire des 1001 nuits : “Le sultan Soliman, jadis bon et généreux, change le jour où il découvre que sa femme adorée va chercher l’amour ailleurs que dans le lit conjugal. L’épouse infidèle se volatilise, sans que personne ne sache ce qui a bien pu lui arriver.”

“Dès lors le sultan, aveuglé par son désir de vengeance, décide de choisir chaque soir une nouvelle compagne, qui disparaît invariablement au petit matin. Puis arrive Shéhérazade qui va amadouer le Sultan en lui contant ses histoires légendaires et le tenir en haleine nuit après nuit.”

… le spectacle tombe ensuite dans un embrouillamini pas possible où se mêlent l’histoire de Soliman et Shéhérazade avec le conte d’Aladin, notamment à cause de la confusion qui entoure le rôle de Jasmina, présente des deux côtés du miroir : le conte et la vie.

Quand à Aladin lui même, on se demande ce qu’il vient faire là, apparaissant une fois dans le conte pour tomber amoureux de Jasmina, puis restant transparent jusqu’à la fin du spectacle ou grâce au génie de sa lampe, la belle Shéhérazade est ramenée à la vie après avoir été tuée par sa sœur jalouse… BREF.

Première déception donc, la seconde concernant (et c’est peut-être plus grave…) les chansons que j’ai trouvées peu originales. Pas assez de styles différents, j’avais l’impression d’entendre le même genre de mélodie et de rythme à chaque chanson! Et puis surtout ce qui m’a choqué le plus…

…c’est le manque de poésie des textes des chansons! A trop vouloir caser de mots, monsieur Félix Gray en vient à ne pas vraiment respecter les pieds dont devraient être composés ces vers… Ce n’est peut-être que mon impression, mais les textes semblent posés sur la musique sans grande cohérence

La danse des 7 voiles est pour moi l’exemple même de la chanson brouillon qui accumule ces petites erreurs: pour chaque couleur il y a telle chose à dire, sauf que le nombre de pieds n’est jamais le même et que forcément la rime ne tombe jamais correctement! Bof quoi…

Si je voulais vraiment insister, je dirais que j’ai aussi été déçue par les performances vocales des artistes dans le sens où ils ne poussaient pas vraiment leur voix (on est très loin de la puissance vocale que pouvaient avoir notamment Garou, Daniel Lavoie et Patrick Fiori en chantant “Belle”) et ne tenaient jamais leurs notes!

 Alors certes, je n’enlève pas le mérite à ces artistes qui tiennent quand même le show pendant 1h30, ni aux décors et costumes somptueux, mais il faut avouer que les plus beaux moments de Sherazade appartiennent aux danseuses, et plus particulièrement aux danseuses du ventre.

C’est simple lorsque je les ai vu danser pour la première fois je me suis dis “wouah!”et je suis restée envoutée par l’étoile du groupe, une très grande danseuse de baladi qui avec ses rondeurs et sa longue chevelure brune, est tout simplement impressionnante et splendide de volupté et de souplesse.

Je n’avais qu’une envie dire “Purée des femmes avec de vraies formes, des seins, un petit bidou qui se plisse lorsqu’elles se baissent… ça fait du bien de voir autre chose que des danseuses anorexiques!. En conclusion, Shéhérazade permet de voyager loin le temps d’une soirée

… mais bon ça casse pas 3 pattes à un canard quand même… Surtout pas au prix des 90€ que m’aurait coûté la place à laquelle j’étais assise si je l’avais payée. Après ce n’est que mon avis personnel, mais ce n’est certainement pas la meilleure des comédies musicales, mais bon libre à vous!

Et toi c’est quoi ta comédie musicale préférée?

Shéhérazade, Les Mille et Une Nuits de Félix Gray
aux Folies Bergère du 1er au 31 décembre 2011.

Plus d’informations sur Shéhérazade : Les Mille et Une Nuits.

« »
  • Entièrement d’accord avec tout ce que tu as dit.
    J’étais moi aussi à l’avant première hier soir et j’ai été très déçue.
    J’ajouterais que mis à part les places en carré or qui avaient l’air bien, les autres étaient franchement inconfortables.
    J’étais en série 2 au 2ème balcon. J’ai passé mon temps à bouger pour tenter de voir le spectacle. Heureusement que je n’ai pas payé non plus!

    • @AurelieC J’avoue que j’avais la chance d’être dans le carré or et c’est clair que c’était confortable… 😉 En tout cas tu me rassures, mon amie ayant beaucoup aimé je me demandais si c’était moi qui étais difficile… ^^

  • Malheureusement c’est vrai que ces comédies musicales à succès ne sont pas toujours à la hauteur. Récemment j’ai vu la comédie musicale “Dracula” qui pour moi était intéressante principalement parce que Kamel Ouali à décidé de donné les deux rôles principaux à des danseurs et c’est de loin la partie la plus intéressante du spectacle.

    • @MelleBonPlan y a tellement de comédies musicales maintenant, les metteurs en scène veulent suivre la mode mais la qualité ne suit pas j’ai l’impression…

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...