L’Ecosse. Un pays, un voyage, une rencontre…

Ou plutôt des rencontres. De ces rencontres qui vous changent un voyage, lui font prendre un tournant inattendu, souvent inespéré et parfois si particulier. L’Ecosse n’a pas dérogé à cette règle et je garde aujourd’hui de ce voyage datant d’il y a un an déjà, une douce saveur de souvenirs emprunts de nostalgie.

Ce pays, c’était tellement de choses à la fois pour moi : une décision impromptue, des retrouvailles, de l’espoir, un nouveau départ… Mais l’Ecosse, c’était avant tout UNE rencontre. La rencontre avec des paysages sauvages, magnifiques, indomptés. Alors bien sûr, il y a la belle et vibrante Édimbourg, si cosmopolite et multiculturelle qu’elle m’aurait donné envie d’y passer encore plus de temps que la quinzaine de jours que j’ai consacrés à sa découverte.

Je crois d’ailleurs que je pourrais vous parler des heures des ceilidhs et de leur ambiance bon enfant dans laquelle il est si facile de sympathiser avec des locaux. Il faut dire que l’écossais est de nature plutôt accueillante ! J’ai rarement rencontré des gens si naturellement enclins à vous accueillir les bras grands ouverts. (pour plus de renseignements sur les ceilidhs et autres activités culturelles, n’hésitez pas à consulter la mine d’informations qu’est le site de VisitScotland)

C’est peut-être comme ça finalement que même en étant juste “de passage”, on se retrouve à la fin d’une soirée de danse sociale à être invitée à se joindre au groupe des habitués dans un pub afin de faire plus ample connaissance. Et cela n’a rien d’inhabituel, la suite de mon voyage devait me le confirmer !

ecosse-edimbourg_auto-stop

ecosse-inverness_auto-stop-tea-time

ecosse-backpacking-camping

Episode 1 : arrêt prolongé à Perth

A peine sortie d’Edimbourg, alors que j’avais pour plan de rallier Inverness en stop, je devais faire peut-être l’une des rencontres, si ce n’est la rencontre la plus atypique de mon séjour. Alors que j’étais en train de sécher au soleil depuis déjà une heure sur un spot en ville à me demander si j’allais réussir à me faire prendre en stop, quelle ne fut pas ma surprise quand Marjory, 62 ans m’interpella depuis son jardin.

Elle m’avait en effet repérée, et sans aucune hésitation, me proposa de venir prendre le thé chez elle, car “de toute façon ça n’était pas encore la bonne heure pour avoir un chauffeur”. Sauf que quand Marjory parle de thé, il faut savoir qu’elle ne plaisante pas !

Peut-être finalement trop contente de m’accueillir et d’avoir une excuse pour abandonner le temps d’une heure son jardinage en plein cagnard, loin d’une simple tasse de thé, c’est carrément avec un sandwich poulet mayo et une barre de chocolat qu’elle me reçu sans chichis dans son salon. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce personnage à part entière qui s’est fait un devoir de recueillir tous les auto-stoppeurs esseulés atterrissant devant sa fenêtre !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est une grand mère étonnante et qui fut à l’origine lors de notre discussion de LA phrase qui devait me marquer ce jour là : “Dans la vie il n’y a que deux choses qui vaillent la peine de se battre : l’amour et le chocolat”.

L’heure arrivée de repartir, Marjory me donna même son numéro de téléphone pour la contacter en cas de problème, tout en m’indiquant d’où reprendre ma route avec les meilleures chances d’être prise ! Bref, si vous passez par Perth, n’hésitez pas à lui faire un petit coucou de ma part, la rencontre en vaut la peine !

ecosse-camping_loch-ness-dores_01

ecosse-camping_loch-ness-dores_02

ecosse-camping_loch-ness-dores_03

ecosse-camping_loch-ness-dores_04

ecosse-camping_loch-ness-dores_05

ecosse-camping_loch-ness-dores_06

Episode 2 : sur la route du Loch Ness

Finalement arrivée sans encombre à Inverness, c’est ensuite en direction du très célèbre Loch Ness que ma route devait à nouveau croiser le chemin d’un écossais au grand cœur. Alors que je ne levais le pouce que depuis moins de 5 minutes, Philip et ses deux chiens devaient s’arrêter pour me prendre avec eux.

Il faut dire que je n’avais pourtant pas choisi l’itinéraire facile puisque la plupart des touristes visitent généralement la rive Ouest du Loch, quand j’ai choisi de me rendre – qui plus est en stop – sur la rive Est. Un choix que je ne devais pas regretter puisque Philip m’emmena jusqu’à la charmante bourgade de Dores.

Il s’avérait qu’il sortait justement d’Inverness pour aller promener ses 2 chiens au bord du Loch Ness, et c’est tout naturellement qu’une fois arrivés, il me proposa de me joindre à lui pour la balade de ses chiens, afin de me faire découvrir les abords du Loch et me montrer selon lui le meilleur spot de camping sauvage de la zone.

Car oui, l’avantage en Ecosse, c’est qu’on peut planter sa tente un peu n’importe où du moment qu’on est pas en ville ni sur une propriété privée ! C’est ainsi que je devais effectivement poser mon backpack au bord de l’eau dans un cadre idyllique, n’en déplaise à Nessie qui ne décida pas de se montrer ce jour là !

 Le temps d’une balade au bout du chemin jusqu’à une demeure cossue, il était déjà temps malheureusement de dire au revoir à Philip et ses chiens en les remerciant chaudement. Là encore, une rencontre avec un écossais au cœur sur la main, qui pour la petite histoire suit maintenant mon blog après que je lui ai donné ma carte et que nous nous soyons ajoutés comme amis Facebook. 😉

 Des rencontres comme ça, j’en ai encore plein à vous raconter mais les deux principales qui me viennent encore en tête sont celle de cette dame qui a Edimbourg, m’a confié que c’était la première fois qu’elle prenait quelqu’un en stop et qu’elle l’avait fait car elle essayait chaque jour de faire quelque chose qui la sorte de sa zone de confort… Un courage étonnant et une volonté de bien faire qui devait me réchauffer le cœur. <3 

ecosse-camping_loch-ness-dores_08

ecosse-camping_loch-ness-dores_09

ecosse-camping_loch-ness-dores_10

ecosse-camping_loch-ness-dores_11

ecosse-camping_loch-ness-dores_12

ecosse-camping_loch-ness-dores_13

ecosse-camping_loch-ness-dores_14

Episode 3 : le coup de la panne

La dernière rencontre que je vous raconterai aujourd’hui sera celle d’une panne ! Mais pas n’importe quelle panne ! Une panne de voiture qui devait s’avérer plutôt rocambolesque… Alors que j’avais fait le choix de finalement louer une voiture plutôt que de faire l’île de Skye en stop (un choix qui s’avéra plutôt raisonné au vu de la météo capricieuse), la paresse de monter la tente m’amena à une sympathique rencontre.

Ça vous est déjà arrivé de dormir dans une voiture ? Oui ? Mais peut-être n’avez-vous pas fait les boulets en appuyant malencontreusement pendant la nuit sur les boutons du tableau de bord avec les pieds. Vous savez, ces boutons qui déclenchent des lumières comme les warnings. Des lumières qui vident la batterie de la voiture quoi. OUPS.

C’est drôle pendant 2 secondes sur le papier, mais croyez moi, quand vous vous retrouvez au petit matin pluvieux dans un parking de la pampa écossaise, seule, sans réseau téléphonique et avec une voiture qui refuse de démarrer, hey bien on s’amuse tout de suite moins. ^^

Heureusement, il en fallait plus pour me démonter et c’est avec mon panneau d’appel à l’aide muni de la mention “Car Battery Help” que je devais arrêter les véhicules de passage jusqu’à tomber sur un frère et une sœur de Glasgow qui avaient justement avec eux les dits câbles de recharge de voiture.

Je vous passe les détails de “on ne trouve pas comment brancher les câbles sur la batterie alors on arrête une troisième voiture”, pour sauter directement sur l’avantage d’avoir pu en profiter pour faire connaissance avec ces adorables écossais de 18 et 20 ans, à qui je devais finalement payer un chocolat chaud au café du coin afin de les remercier de leur patience lorsque j’ai enfin redémarré ! 

ecosse-ile-de-skye_panne-voiture_01

ecosse-ile-de-skye_panne-voiture_02

ecosse-vaches-highland_01

ecosse-vaches-highland_02

Episode 4 : rencontres insolites sur la route

Enfin, je ne pourrais pas vous parler des rencontres en Ecosse sans vous parler des très célèbres vaches des Highlands que vous pourrez rencontrer très souvent au bord de la route (Maman, s’il te plait ne me dis plus jamais que je suis mal coiffée le matin au réveil…), quand ce ne sera pas carrément un mouton directement sur la route ! 😉

Vous l’aurez compris, de l’Ecosse, je garde des souvenirs mémorables de mes rencontres, de la gentillesse légendaire et de l’accueil chaleureux des écossais (voir la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=WMBttYfrrME) grâce à qui ce voyage a été une réelle aventure ! J’ai encore tellement de choses à vous raconter qu’il me faudra je crois encore un autre article pour ne pas être trop indigeste !

Si en attendant, vous êtes curieux d’en découvrir un peu plus, je vous conseille de visionner le reportage « Un regard sur l’Ecosse » réalisé par une journaliste du Monde.fr, qui met en avant pas mal d’idées pour sortir un peu des sentiers battus lors d’un voyage en Ecosse, sans forcément partir complètement à la roots comme moi. 😉

Bonus : les meilleurs spots de camping sauvages

ecosse-camping_viaduct-glenfinnan_train-harry-potter_01

ecosse-camping_viaduct-glenfinnan_train-harry-potter_02

ecosse-camping_viaduct-glenfinnan_train-harry-potter_03

ecosse-camping_viaduct-glenfinnan_train-harry-potter_04

ecosse-camping_viaduct-glenfinnan_train-harry-potter_05

ecosse-gateau-millionnaire

Le viaduc de Glenfinnan, rendu célèbre dans Harry Potter est peut-être un endroit super touristique, mais surtout aux horaires de passage du train à 11h et 15h30. Alors si vous ne souhaitez pas absolument être présent à ce moment là, mon conseil serait plutôt justement de profiter du site à contre courant !

En effet, plutôt surprenant, mais je fus la seule à planter ma tente dans ce cadre exceptionnel ce soir là, et si ce n’est pour les moustiques qui m’ont littéralement dévorée, la vue au réveil le matin était comme on dit, plutôt canon.

Pour me consoler, rien de mieux qu’un bon chocolat chaud (avec ses guimauves <3) pris au Glenfinnan Dining Car avant l’arrivée de la première horde de touristes. (je dois concéder en avoir consommé un certain nombre pendant mon séjour ^^) 

D’ailleurs, tant que c’est la gourmande qui parle, si vous ne connaissez pas les “millionaires shortbreads” mais que vous aimez le chocolat et le caramel, ne vous retenez surtout pas d’y goûter ! Moi en tout cas, j’ai fait exploser ma glycémie à force d’en abuser hey hey !

ecosse-camping_phare-neist-point_01

ecosse-camping_phare-neist-point_02

ecosse-camping_phare-neist-point_03

ecosse-camping_phare-neist-point_04

ecosse-camping_phare-neist-point_05

Enfin, le dernier spot de camping dont je vous parlerai aujourd’hui n’est pas un que j’ai moi-même testé, puis qu’arrivant malheureusement trop tard alors que la nuit était déjà tombée, je devais privilégier l’option voiture, et c’est seulement en allant me promener de bon matin que je puis constater que d’autres avaient eu l’idée de planter leur tente carrément dans le phare de Nest Point ! 😉

Bref je m’arrête là ! J’ai encore beaucoup trop à raconter pour le faire dans un seul article, encore moins quand il s’agit en plus de vous raconter ma participation à des Highland Games par exemple. Car oui l’Ecosse c’est des rencontres atypiques, mais aussi beaucoup d’événements qui sortent du commun ! Mais ça, il faudra attendre le prochain épisode pour en savoir plus…

En attendant, il me reste encore pas mal de photos d’Ecosse à poster sur Instagram, alors n’hésitez pas à vous abonner ! 😉

Et toi, ça t’évoque quoi l’Ecosse ?

« »
  • Merci beaucoup pour ces magnifiques photos de ton voyage!! Ca fait des années que je rêve de visiter l’Ecosse mais ce n’est pas encore au programme pour le moment (et pourtant, j’ai vécu près d’un an à Cambridge!). Les paysages sont impressionnants et donnent envie de rester perdue dans ses pensées, juste pour pouvoir admirer ces étendues et ces lacs dans tout leur enchantement!
    Passe une bonne journée!

    • Oui les paysages écossais sont impressionnants, on s’y perdrait des heures durant !

  • Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre témoignage. Nous prévoyons un petit road trip avec une amis de 10 jours. Il n’est pas évident de faire des choix. Après les Cairngorms sur une nuit et une demi-journée, on prévoit de faire du stop d’Aviemore à Inverness, ensuite descendre le loch ness jusqu’à Fort Augustus pour enfin rejoindre Inver Coill un camping à 1h à pied d’Invermoriston. Avez-vous effectué la rive est dans son emsemble en stop ou vous êtes vous arrêter à Dores seulement ? Je souhaite savoir s’il est faisable de faire du stop sur toute la rive est du Loch Ness sans trop perdre de temps mais avoir l’occasion de profiter des paysages de cette route.

    Merci de votre réponse par avance.
    Mo.

    • De manière générale, je dirais que le stop en Ecosse marche très bien, je n’ai jamais attendu très longtemps sur le bord de la route. 🙂

  • […] ne devait pas déroger à la règle. Alors que j’avais passé la majorité des derniers jours de mon séjour écossais à dormir sous une tente ou dans ma voiture de location, je devais pour mon dernier soir choisir un […]

  • Merci pour ce récit haut en couleur, ça me donne envie d’y aller 😉

    • C’était le but. 😉

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...