A l’étranger pour les fêtes de fin d’année.

6

Je crois que s’il y a bien un moment de l’année où c’est vraiment dur d’être expatrié – comme dans “tu vis à l’autre bout de la planète et ça te prend 1000$ et 7 heures d’avion pour rentrer chez toi”, c’est à Noël. Ces fameuses fêtes de fin d’année où ton choix est mine de rien assez réduit entre :

1/ Prévoir et acheter ton billet d’avion 6 mois à l’avance pour tenter d’avoir un tarif correct.
2/ Se décider à la dernière minute et vendre un rein pour payer ce même billet d’avion.
3/ Ou alors, prendre la décision de ne pas rentrer du tout.

Dans les 2 premiers cas, tu vas bien entendu reverser une part considérable de ton maigre salaire à (rayez la mention inutile) Air France / Air Canada / Air Transat… Mais tu auras la chance de pouvoir revoir tes parents, ta famille, tes amis. Et surtout, de te gaver de tartiflette, raclette, et autre mets délicieux. (SURTOUT)

Dans le dernier cas, il te faudra improviser. Ma première année au Canada, rentrant potentiellement en France à la fin de mon année de PVT, j’étais du lot de ceux qui n’avaient pas anticipé l’achat de billets d’avion. Résultat, quand j’avais regardé les tarifs en Novembre, BIM 2000$ pour rentrer, ça m’avait un peu refroidie…

hiver-quebec-lac-neige

Alors comme on dit, j’avais “sacré mon camp” à New York et Boston. Ce qui en soit était super cool (qui va se plaindre d’aller passer une semaine à New York? ^^) mais ça n’en restait pas moins mon premier Noël loin de ceux que j’aime. Et croyez moi, quand le matin du 25 Décembre tu te réveilles dans une chambre inconnue, sans sapin, ça fait bizarre.

C’est pourquoi l’année dernière, j’avais prévu le coup et acheté mes billets dès le mois de juillet. Je suis rentrée “chez moi” et même si tout ne s’est pas parfaitement déroulé, j’ai chéri comme jamais ces instants volés avec les êtres qui me sont chers. Mais voilà, cette année à nouveau, je ne vais pas rentrer.

Cette année, faute de budget et surtout parce que je sais maintenant que le retour “définitif” en France est prévu pour le mois d’avril, j’ai une nouvelle fois pris la décision de ne pas rentrer en France pour les fêtes de fin d’année. Non pas que la décision n’ait pas été dure cette fois encore, mais c’était plus simple ainsi.

J’ai envisagé pendant un temps de partir le plus tôt possible dans le Yukon, et puis la vie étant ce qu’elle est et mes plans tombant à l’eau, je suis finalement toujours à Montréal et je m’y apprête vraisemblablement à y passer les fêtes de fin d’année. Alors bien sûr, il y a tous les amis qui eux rentrent, ça fait du monde en moins.

hiver-quebec-voiture-neige

Mais surtout, il y a tous ceux qui restent, ces expats qui comme moi ont fait le choix de vivre un Noël blanc à Montréal. Vivre un Noël certes pas avec nos proches, mais un Noël pareil. Cette année, comme pour mon anniversaire je ne pense pas vraiment avoir de cadeau sous le sapin. Mais vous savez quoi, c’est pas grave PANTOUTE.

Après tout, j’ai déjà bien trop de trucs – eh oui, voyager 6 mois avec pas grand chose, ça fait relativiser sur ses possessions – et pour cette dernière année au Canada, tout ce que je souhaite, c’est de profiter à fond de cette expérience. Voir la neige tomber par la fenêtre de l’appart montréalais où j’ai posé ma valise…

Faire une énorme bouffe entre amis pour le réveillon, s’offrir des cadeaux de 3 fois rien juste pour le principe, rigoler et passer une soirée mémorable. Etre heureux ensemble tout simplement, pour oublier que dans quelques mois, quand j’aurais enfin retrouvé ma “vraie” famille, c’est justement cette deuxième famille qui me manquera plus que tout.

C’est mon dernier hiver montréalais et on l’annonce difficile, froid et plein de neige. Les gens se disent déprimés du mois de novembre, et pourtant moi, comme une petite fille, je suis on ne plus excitée à l’idée de pour la première fois passer Noël au Québec, de goûter pleinement à la magie des fêtes de fin d’année au Canada.

hiver-quebec-voiture-neige2

D’ailleurs, ce n’est pas le nombre de marchés de Noël au Québec qui manque pour se plonger dans l’ambiance de Noël. Ni à Montréal d’ailleurs, ou le marche Casse Noisette est de retour cette année encore ainsi que pas mal d’autres événements de créateurs. Bref, pas de quoi s’ennuyer icitte!

Alors oui, cette année je ne me baignerai peut-être pas dans la mer au 1er janvier comme l’année dernière dans la Méditerranée, mais j’espère bien refaire au moins un chalet entre amis avant de partir. L’hiver à Montréal, c’est vraiment pas si pire, et oui, même 3 ans plus tard, j’ai toujours des paillettes dans les yeux dès qu’il neige…

Et toi, où sera tu pour Noël cette année?

6 Commentaires

  1. Fêter Noel sans la famille, je ne pensais pas que c’était si difficile!

    Le réveille du 25 décembre … je vois exactement de quoi tu parles. Malgré la bonne soirée de la veille, je me suis écroulée moralement le matin.

    Moi, cette année, j’ai décidé de ne pas le fêter! Durant le réveillon je vais être dans un bus pour NYC et le 25 décembre pas de larmes mais je vais aller faire du patins au Rockefeller Center et admirer le grand sapin. Mon rêve de petite fille 🙂

  2. C’est étrange de lire cet article, le fait que j’entend toujours les français s’appeler eux-mêmes “expats”. Dire cela c’est comme d’entendre “j’ai été chassé de ma patrie”.

    Bref, moi c’est tout l’inverse, ici c’est chez moi et c’est l’endroit où je me sens bien. Et Noel est encore mieux depuis que y a du vrai foie gras dans les épiceries (m’enfin je me dis que c’est pas un argument pour te convaincre ça :p )

    • @Olisushi lol je considère pas que j’ai été chassée de ma patrie, c’est bien moi qui ais décidé de partir mais disons que oui j’aime bien me qualifier d’expat car ça traduit vraiment le fait que je reste pour l’instant plus française qu’autre chose car je ne suis tout simplement pas prête à faire ma vie à long terme nul part… (bon et la soirée foie gras, on la fait quand? :P)

  3. Moi j’ai la chance de vivre près de mes familles! Alors ce sera chez mes beaux parents le 24 et comme tu le sais ma famille est grande donc Noël sera jusque début janvier! Et si besoin je congelé mon sapin pour te le ressortir à ton retour en France! Grosse pensée à toi bisous!

Laisser un commentaire