Alors, j’ai mangé des fraises Tagada.

9

Déjà un mois que je suis de retour à Montréal. Comme le temps passe vite, j’ai à peine l’impression que je viens de m’arrêter quelque part pour plus que quelques jours. J’ai retrouvé mes petites habitudes, mes amis, une partie de ma vie d’avant. Cette vie qui m’avait tant manquée par moments

Pourtant je me suis prise quelques claques. Cette claque de quand tu avais un peu trop idéalisé ce que serait ton retour. Cette tristesse de se rendre compte que non, revenir ne veut pas dire reprendre sa vie là où on l’avait laissée avant. C’est plus compliqué que ça, et je ne m’y attendais pas.

Je pense que si j’avais quitté Montréal définitivement il y a 6 mois de cela, la vision que j’en aurai gardée aurait été bien différente… Mais je suis revenue, et entre temps, j’ai changé, je ne suis plus la même. C’est bête, mais ayant eu pratiquement les mêmes amis pendant 2 ans…

… c’est à quelques mois du départ que je fais un nombre incalculable de nouvelles rencontres, qui plus est de québécois! Car oui, j’ose me l’avouer aujourd’hui, j’avais jusqu’à là traîné dans des cercles très franco-français à Montréal. Par facilité je crois, parce qu’on avait des atomes crochus évidents c’est sûr.

haribo-fraises-tagada_francomarket

Aujourd’hui je ne regrette rien car certains de ces amis français resteront des amis pour la vie, mais je crois que ça m’aura pris presque 3 ans à comprendre que s’intégrer, c’est avant tout s’ouvrir au monde. Que malgré les différences culturelles, un québécois et un français peuvent tout à fait devenir amis.

Ça prend de l’écoute, et puis de la volonté de se comprendre. De la volonté d’aller au delà de la facilité de s’arrêter aux premières difficultés, comme de râler contre l’hiver canadien (allo, on t’avait pas dit que y avait de la neige avant de venir?) ou contre Poste Canada (ah nan eux c’est vraiment des glandus… oups!).

D’aller habiter sur le Plateau comme tout le monde et de s’insurger contre la difficulté de trouver une bonne boulangerie. De porter ses Sorels et son Canada Goose dès qu’il fait moins de 10°C… Oui le français est râleur! ^^ Moi la première! Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il y a maintenant au moins une solution au problème numéro 1!

Aka la bouffe. 😉 Car oui, le français est en manque de bonne bouffe, ça se sent! Je ne jetterai la pierre à personne car j’ai déjà pleuré très fort en voyant le prix du reblochon pour faire une tartiflette ici (maintenant je les mange chez Maman et Papa quand je rentre ^^) alors je peux comprendre.

pate-a-tartiner-speculos_francomarket

C’est pourquoi j’ai tout de suite voulu tester le service lancé par FrancoMarket, qui ne se décrit comme rien de moins que l’épicerie en ligne où vous allez pouvoir trouver toutes vos petites douceurs françaises et belges! Alors soyons clairs, j’ai eu cette discussion avec une amie, il ne s’agit pas là de vouloir nier qu’on peut manger bien et bon au Canada.

Car oui, il y a de très bon produits au Canada, et à vrai dire j’avais depuis le temps très bien surpassé le problème de la bouffe puisque j’ai appris à tout simplement manger différemment! Après tout, le fait de ne pas trouver autant de produits industriels que j’utilisais en France n’est peut-être pas un mal…

Mais ceci dit, on a tous notre madeleine de Proust, et un petit quelque chose me dit que vous trouvez forcément la votre sur ce site. Entre les fraises Tagada, la pâte à tartiner aux spéculos et les sarments du Médoc (miam, j’en mangeais avec ma Maman), mon cœur balance en ce qui me concerne…

Côté pratique, j’ai vraiment apprécié que la livraison – gratuite à partir de 69$ d’achat et à -50% d’ici la fin de l’année – a lieu le lendemain si on commande avant 11h en semaine. Des Princes de Lu, des galettes St Michel, des savanes Papy Brossard… il y a un peu toute notre enfance!

sarments-du-medoc_francomarket

Et pour les plus “carnivores”, il y a aussi toute une panoplie de foie gras et saucissons en vente… Après, comme je l’ai déjà dit, il ne faut pas vouloir acheter absolument tout ce qu’on achetait en France car ça en serait ridicule, mais pour quelques petits plaisirs bien spécifique, je trouve que FrancoMarket remplit bien son rôle.

Comme ont dit après tout, à défaut de rentrer à Noël, si tu ne peux pas aller à la France, fais venir la France à toi! (parce que l’importation d’Haribos ça peut coûter cher, un jour je vous raconterai l’histoire de mon ami qui s’est fait ficher pendant 5 ans à la douane pour contrebande de bonbecs non commercialisés sur le territoire… ^^)

Et toi, c’est quoi ta madeleine de Proust?

Disclaimer : j’ai été invitée à tester gratuitement le site de vente en ligne de FrancoMarket mais les opinions exprimées ici sont les miennes, honnêtes et sincères.

9 Commentaires

  1. Han, je les connaissais pas les sarments framboise!!! Faut que je répare ça vite fait!!
    Mais bien sûr, qui n’a pas fait son orgie de fraises Tagada à en avoir mal au coeur!!!
    Je suis allée voir FrancoMarket; il est vrai que pour les petits Français qui ont un petit coup de blues, ça peut aider de retrouver un peu ses petites habitudes françaises mais gageons qu’un Français qui se respecte et apprécie “la bonne chère”, saura trouver son bonheur au Québec, comme au bistrot de l’Ange Cornu par exemple, j”espère que dans ces moments de gourmande, tu as une petite pensée pour ceux qui sont au loin et qui ne peuvent pas profiter de tes bonnes adresses et bons plans!! Bisous

  2. De plus en plus de produits sont trouvables (surtout sur le Plateau ahah) mais je vais faire un tour sur ce site, on sait jamais. Moi la seule chose que j’achete encore importée, c’est le Nutella, j’aime pas le goût du Nutella canadien 🙁

    • @Olisushi lol oui surtout sur le Plateau! C’est fou pour le Nutella, moi j’ai jamais senti la différence… mais tu connais le chocowan? Ça c’est une tuerie. 😉

  3. Kikou !!
    j’adore le chocolat, d’ailleurs on est en cours la on se fait chier de dingue on en peut donc donc on a tapé fraise tagada sur google et on est tombé sur ton vilain site, on a lu 2 ou 3 commentaires, on a rit. c’était bien

  4. Bonjour
    la fille est actuellement étudiante À l’université d EDMONTON et elle a la nostalgie de la cuisine et des produits français
    Pourrait -t-elle commander Sur la liste des produits que vous proposez, je vous remercie de bien vouloir me donner toutes indications à ce sujet
    bien cordialement

Laisser un commentaire