Un jour dans les rues de Dresde. #YoungDresden

4

S’il y a une chose dont je me suis rendue compte dans la dernière année, c’est que je ne suis pas trop une fille des villes. Enfin, au quotidien pour ma vie de tous les jours, c’est sans aucun doute que je suis une “fille urbaine”. Mais quand je voyage, je préfère généralement de loin les destinations plus “nature”.

Ajoutez à cela que lors de mon séjour en Allemagne le temps n’était pas vraiment de la partie, et on comprendra que c’était mal parti. Et pourtant, dieu sait que j’ai aimé me perdre dans les rues de Dresde. Cette ville, c’est un peu le meilleur des deux mondes et j’y ai retrouvé comme à Montréal, une ambiance bien particulière.

dresden-historical-altstadt_01

dresden-historical-altstadt_02

dresden-historical-altstadt_03

dresden-historical-altstadt_04

dresden-historical-altstadt_05

dresden-historical-altstadt_06

D’un côté la vieille ville : l’Altstadt et ses monuments historiques. Soyons réaliste, la ville n’est pas si grande et l’essentiel est accessible à distance de marche sans trop de problème : la grande fresque des princes de Saxe, le palais Zwinger, l’opéra Semper sur la place du théâtre. Si vous voulez mon avis, laissez tomber le bus pour touristes à double étage hors de prix !

Mais ce qui m’a le plus marqué, c’est la Frauenkirche, car cette église évangélique est le témoignage le plus vibrant de l’histoire de la ville. C’était ma première fois en Allemagne, et lors de ma balade, je n’ai pas pu m’empêcher de me replonger dans le passé, notamment car j’ai eu la chance de visiter la ville avec un local qui m’a aidé à mieux appréhender cette histoire.

En effet, il faut se rappeler qu’à la fin de Seconde Guerre mondiale, un tiers de la ville fut détruit du 13 au 15 février 1945 par la Royal Air Force, avec l’appui de l’aviation américaine. On parle ici de pas moins de 650 000 bombes incendiaires larguées sur la ville, tuant un nombre impressionnant d’habitants et détruisant un riche patrimoine culturel…

Et malheureusement, il faudra attendre la chute du mur en 1989 et la réunification allemande en 1990 pour que la situation évolue. Car rappelez vous, Dresde était située en Allemagne de l’Est et était donc jusqu’à là sous l’influence soviétique, pour qui la reconstruction du patrimoine matériel de la ville n’était pas forcément une priorité budgétaire

dresden-historical-altstadt_07

dresden-historical-altstadt_08

dresden-historical-altstadt_09

dresden-historical-altstadt_10

dresden-historical-altstadt_11

La Frauenkirche est d’ailleurs un témoignage assez marquant de cette histoire puisque sa reconstruction à l’identique débuta en 1994 et fut achevée en 2005. On peut ainsi désormais distinguer les parties plus récentes de l’Eglise qui sont constituées de pierres de grès claires alors que les pierres d’origine sont de couleur foncée, noircies par le temps et la pluie.

Ne manquez pas de pénétrer dans la Frauenkirche, l’intérieur est tout simplement époustouflant de beauté, car forcément c’est tout neuf et tout brillant. Je n’ai “malheureusement” pas de photo à vous montrer car il était interdit de prendre des photos et que j’ai décidé de jouer le jeu à l’inverse de tous les touristes irrespectueux… (un aperçu ici)

Moyennant 8€, il est également possible de monter tout en haut afin de bénéficier d’un point de vue impressionnant sur la ville. On y voit clairement la démarcation entre la vieille Altstadt historique et la Neustadt qui fut totalement reconstruite après les bombardements, symbolisée par la rivière qui coupe la ville en deux : l’Elbe.

Rivière capricieuse s’il en est puisqu’en août 2002, comme en de nombreux endroits d’Europe centrale, Dresde et ses environs subirent des inondations catastrophiques, avec une crue qualifiée de centennale de l’Elbe. Jusqu’à – ce que mon ami devait ajouter avec le sourire – une nouvelle crue ait lieu en 2013, soit à peine 10 ans plus tard !

dresden-kunsthofpassage_01

dresden-kunsthofpassage_02

dresden-kunsthofpassage_03

dresden-kunsthofpassage_04

dresden-kunsthofpassage_05

dresden-kunsthofpassage_06

dresden-kunsthofpassage_07

Bref, vous l’aurez compris, je me suis littéralement fait emportée dans le temps avec cette visite du centre historique de Dresde. Mais sans pour autant oublier de m’amuser à faire mes handstands / équilibres inversés / poiriers (la dénomination fait rage parmis mes lecteurs, vous préférez laquelle vous ? ^^).

D’ailleurs, note à moi même, investir dans un pied photo serait une bonne idée. Car croyez moi, essayer de caler ma caméra de façon un peu rocambolesque sur mon sac, quand il y a un coup de vent comme ce jour là, c’est tout sauf pratique ! #WeGoSolo Heureusement parfois de gentilles personnes intriguées acceptent de vous prendre en photo, voir de se joindre à vous pour quelques acrobaties !

Bon et la Neustadt on en parle ? Un des secrets le mieux caché de la ville est le Kunsthofpassage, une série de 5 petites cours où se cachent des bâtiments aux façades redesignées par des artistes. Ma préférée ? Le mur bleu de « The Courtyard of the Elements » qui est recouverts de d’entonnoirs et de gouttières qui quand la pluie tombe se transforme en véritable instrument musical…

Et si vous avez l’œil, je vous conseille fortement d’observer tous les parcmètres le long de la rue la plus emblématique de Neustadt : Alaunstraße. Une belle preuve que l’art de rue est bien présent à Dresde ! Alors, n’hésitez pas à déambuler dans les rues de ce quartier, il y a toujours de l’animation mais ça je vous en parlerai dans un prochain article. 😉

dresden-neustadt-alaunstraße_01

dresden-neustadt-alaunstraße_02

dresden-neustadt-alaunstraße_03

dresden-neustadt-alaunstraße_04

dresden-neustadt-alaunstraße_05

dresden-neustadt-alaunstraße_06

Ne manquez d’ailleurs pas un arrêt dans une des nombreuses cabines photomaton qui pour 2€ sont un bon moyen de garder un petit souvenir de votre visite. Et pour ceux qui se poserait la question la carte “Zuggor Schnagge” correspond en fait à un petit nom affectueux que les allemands peuvent se donner, qui veut littéralement dire “escargot en sucre”. Mignon non ?

Moi en tout cas, j’ai pu me rendre compte que mon allemand était totalement rouillé. 7 ans de cours pendant mes études – à apprendre, oublier et réapprendre les déclinaisons ^^ – pour que tout ce que je me rappelle soit “bonjour, aurevoir, s’il vous plait, merci” ça fait quand même un peu pitié…

C’est comme ça qu’on se retrouve à parler anglais qui est finalement la seule langue commune lol. Mais au moins, ça m’a rassuré de voir que si les allemands sont très bons en anglais, mon ami avait également appris le français pendant 7 ans sans plus de succès que moi. Comme quoi, je me sens moins seule ! 😉

Sur ce, je vous abandonne sur une vidéo de mes acrobaties aux quatre coins de la ville. Si vous allez à Dresden et que vous êtes en recherche d’idées de visites, n’hésitez pas à jeter un oeil au site internet de l’office de tourisme allemand qui propose une section “hotspots” avec les vraies adresses à ne pas manquer !

dresden-neustadt-alaunstraße_07

dresden-neustadt-alaunstraße_08

Et toi, as tu déjà visité Dresden ?

Disclaimer : ce séjour a été rendu possible dans le cadre de la campagne #YoungDresden organisée par l’office de tourisme d’Allemagne et le collectif de blogueurs iambassador, qui m’a permis de partir pour deux jours à la découverte de la ville de Dresde en mars 2015.  Toute les opinions exprimées ici restent cependant les miennes, honnêtes et sincères.

4 Commentaires

  1. Et bien, pour moi, Dresde, c’était “juste” ce terrible bombardement, je n’aurais jamais pensé à y aller en “touriste”. Pari réussi pour ton article donc, car tu m’as donné envie d’aller y faire un tour. Merci pour la découverte 😉

Laisser un commentaire