Départ méditerranéen, sur la route à nouveau !

7

Et voilà, il ne m’aura pas fallu plus de deux semaines à être posée pour à nouveau être prise de la bougeotte (même si en fait, c’était déjà prévu d’avance ^^). Me voilà donc repartie pour un mois sur les routes d’Europe, à commencer par l’Italie du Sud (très probablement la Sicile mais à vrai dire, la seule chose que j’ai pour l’instant réservée est un billet pour Naples, advienne que pourra pour la suite…).

Néanmoins, on peut dire que ce sera un mois sous le signe méditerranéen puisque j’enchaînerai ensuite avec quelques jours entre Barcelone et Lloret del Mar à l’occasion du salon de blogueurs voyage TBEX Costa Brava, avant de me rendre ensuite au salon des blogueurs voyage français à Ajaccio en Corse, séjour que je prolongerai avec quelques jours de camping sur l’île de beauté.

Tout ça avant de revenir en Espagne (oui, j’avais prévu d’y retrouver une amie avant de décider d’aller à TBEX… on est d’accord que les dates des salons s’agencent assez mal, pour tout vous dire ils se chevauchent même et c’est limite si je ne dois pas faire don d’ubiquité pour être présente aux deux), cette fois ci en Andalousie ! Séville, Grenade, Malaga… le programme s’annonce chargé mine de rien.

Hey oui, moi qui voulait à la base ralentir un peu le rythme, ce n’est pas encore vraiment pour tout de suite il faut croire. S’il y a par contre une chose qui a changé dans ma façon de voyager, c’est que cette fois ci, je suis un peu… à l’arrache ! Quasiment rien d’organisé d’avance et surtout je n’ai absolument aucun plan fixe après le mois de juin.

Et encore jusqu’à là, certaines périodes sont plus ou moins floues, dépendamment des opportunités à venir. Le pire dans tout ça, c’est que ça ne m’inquiète pas le moins du monde. Au contraire, je suis toute excitée de partir à l’aventure sans rien de planifié d’avance. Même si on s’entend que ça reste quand même dans un cadre assez soft, l’Europe ça n’est pas vraiment une zone de guerre…

europe-travel-map

Pour les hébergements, j’avoue que j’y vais totalement le nez au vent, mais je ne m’en fais pas trop. On est pas encore en haute saison et entre auberges de jeunesse et couchsurfing, je devrais pouvoir m’en sortir sans dormir sous les ponts ! Par contre pour les transports, j’ai un peu plus prévu le coup, notamment pour certains trajets que je sais devoir réaliser absolument un jour donné pour être à une de mes conférences par exemple…

J’essaye de privilégier au maximum les transports terrestres tant que possible. Tant qu’à passer plusieurs heures en transit, autant que ça soit à regarder le paysage depuis un train et pas à se faire chier avec les formalités douanières des aéroports… Au programme donc, le train entre Naples et la Sicile, entre Girone et Toulon, le ferry pour aller en Corse, le bus par moments, mais aussi l’avion de temps en temps il faut bien l’avouer.

Car oui, pour aller de la Sicile à l’Espagne par exemple, il n’y a malheureusement pas de ferry et je ne me voyais pas vraiment refaire TOUT LE TOUR par la côte… En plus, avouons le honnêtement, ça ne serait même pas rentable car bien souvent les tarifs des avions sont plus attractifs que ceux du train. Bof pour le côté écologique, mais quand on regarde côté porte monnaie, on est bien souvent plus gagnant sur cette ligne là.

Notamment car en Europe, nous avons la chance d’avoir des compagnies aériennes low cost comme Easy Jet ou Ryanair qui cassent un peu les prix. Sauf que la contrepartie un peu “chiante” est bien souvent qu’il faut payer en plus pour enregistrer un bagage en soute. Jusqu’à 25€ supplémentaire, ça fait un peu mal au cul !

Alors certes si le billet n’était vraiment pas cher à la base, on peut toujours rester gagnant, mais je pense néanmoins de plus en plus à ne voyager qu’avec un bagage à main, sans rien mettre en soute. Et je ne suis pas la seule puisque dans cette étude menée par EasyVoyage, pas moins de 59% des personnes interrogées envisageraient de faire de même. Ça donne à réfléchir…

Infographie_easyvoyage

Voilà une chose à laquelle j’ai appris à faire attention. En effet, il ne suffit pas de chercher le prix le prix bas du comparateur de vols, non il faut aussi prendre en compte ce genre de frais annexes, sous peine de mauvaise surprise à la découverte du prix final ! Ou alors il faut être prêt à être plus flexible, soit en terme de date, soit en terme d’aéroport de départ.

Après, on s’entend que dans tous les cas, voyager avec un bagage réduit ne peut être que positif. J’en ai déjà fait du chemin depuis l’année dernière et réduit mon backpack. Mais malgré tout, je n’ai pas réussi à passer sous la barre de ne pas mettre de bagage en soute, et pour ce mois en Europe je voyage avec mon fidèle sac à dos de rando qui doit faire dans les 12 kilos.

Ce à quoi il faut ajouter mon petit sac à dos “sac à main” avec mon ordi et mon appareil photo dedans. Bref, faudrait que je réduise encore un peu plus drastiquement l’ensemble mais pour l’instant je me trouve des excuses du genre “nan mais je vais faire du camping alors il me faut mon sac de couchage”, “il me faut bien mes chaussures pour courir” ou encore “je vais à une conférence alors me faut quand même une jolie robe”

D’ailleurs, je me pose aussi la question de comment je pourrais survivre sans pouvoir prendre avec moi de pince à épiler ou couple ongles qui ils me semblent sont interdits en cabine. (si vous avez des renseignements sur la législation exacte là dessus, je suis preneuse) Mais promis, je travaille très fort à avoir un sac de voyage plus minimaliste. Si vous avez d’ailleurs des bons modèles de sac à dos qui passent en bagage cabine à me conseiller, ça m’intéresse !

Et toi, es tu capable de voyager uniquement avec un bagage cabine en avion ?

7 Commentaires

  1. Salut Claire,

    Je te rassure, nous on voyage très souvent avec un seul bagage en cabine et bien sûr les pinces à épiler et coupe-ongles sont bien autorisés. Je passe même avec un rasoir, c’est pr dire!!
    Par contre aucun contenant de plus de 100ml. Et là je me suis déjà fait avoir : une crème de grande marque même dont le contenant était à moitié plein jeté à la poubelle…
    C’était passé à l’aller mais pas au retour, je n’avais pas attention que c’était 125ml et non 100ml.

    Bon c’est lcair que pr un mois un seul bagage cabine, ça peut être tendu. Je ne le fait que pour des we city-trip. Moi aussi j’ai toujours tendance à en prendre trop avec moi…

    Hâte de te rencontrer en Corse!

    Perrine

  2. Pour un Paris/BCN, ma pince à épiler est passée mais pas le coupe-ongles.
    N’oublie pas un bon vieux savon de Marseille (un vrai); ça sert à tout:: ta toilette et ta lessive donc moins de linge à transporter.
    Allez bon voyage!

    • @Coline ah mince, mon coupe ongle (sans lime) est bien passé la dernière fois, j’espère que ça continuera !

  3. Pareil, j’essaye de plus en plus de voyager sans bagage en soute mais c’est compliqué. Surtout pour un mois, je pense que je ne pourrais pas. Alors chapeau si tu y arrives 🙂

    Pour le coupe ongle, il me semble que les coupe-ongles sans lime sont autorisés, ceux avec lime, non. A confirmer.

    Pauline

Laisser un commentaire