Une manifestation en petite tenue dans les rues de Montréal…

J’avoue, ça faisait un bout’ que ce billet me démangeait. Mais vous me connaissez, procrastination n’est pas un vain mot avec moi… Toujours est-il que voilà, j’avais le goût de vous parler un peu de ce qui ce passe présentement au Québec depuis une coup’ de semaines…

(que celui ou celle qui retrouve les 4 expressions québécoises dans cette phrase lève le doigt) Car c’est quelque chose dont la communauté internationale, et notamment la France n’a pas forcément conscienceet je ne vais pas vous en blâmer pantoute – après tout si j’étais encore en France je n’en serais vraisemblablement pas plus informée!

Mais voilà, depuis bientôt presque 3 mois… le Québec se bat! Les étudiants sont entrés en grève afin de contrer l’augmentation des droits de scolarité universitaires annoncée par le gouvernement, passant de 2 168 $CAN à 3 793 $CAN entre 2012 et  2017 soit une augmentation de près de 75 % en 5 ans!

Vous imaginez bien le malaise qu’il peut y avoir… Les manifestations s’amplifient au point que depuis une semaine c’est tous les soirs que le centre ville est animé. Et ce soir, la manifestation était même “nue” pour frapper les esprits… Et pourtant nada, de chaque côté chacun campe sur ses positions…

Que ce soit le gouvernement qui fait la sourde oreille,  ou les étudiants qui pour certains réclament le gel des droits de scolarité, pour d’autres la gratuité! Et même si je ne peux approuver toutes les actions des étudiants, notamment les perturbations sur le métro ou les actes de vandalisme, je soutiens pleinement leur cause!

Quand j’entend la Line Beauchamp claironner qu’aujourd’hui il est tout à fait normal de payer sa scolarité, excusez moi mais j’ai juste envie de la claquer… Quand j’entend mes collègues parler du prêt étudiant qu’ils doivent rembourser chaque mois, j’ai mal au coeur pour eux…

Parce que oui en France, j’ai eu l’immense chance de suivre toute ma scolarité supérieure pour seulement 300€! Selon moi, il n’est pas normal de devoir s’endetter pour étudier et c’est pourquoi, parce qu’en France nous avons cette chance que j’ai TOUJOURS refusé la possibilité de faire une école privée payante.

Et mine de rien, ça me fait mal au coeur que le Québec se justifie qu’ici les frais de scolarité sont les moins chers d’Amériques du Nord pour sucer leurs pauvres étudiants jusqu’à la moëlle… C’est pas parce que les autres font pire qu’on ne peut pas faire mieux! Alors merde vive le rouge de la contestation et…

Solidarité pour les étudiants québécois!
Et toi tu en penses quoi?

Sources : Journal de MontréalLa Presse

« »
  • J’ai fais mes études à Montréal et bien qu’étudiante étrangère, j’ai payé les même frais de scolarité que les québécois, grâce aux différents accords ; ce qui n’est pas le cas d’un étudiant marocain par exemple, qui payait à l’époque des frais bien plus élevés que la hausse proposé aujourd’hui par le gouvernement.
    Ceci dit, je suis contre cette hausse, je trouve les tarifs déjà suffisamment élevés comme ça, ce qui bloque pas mal de jeunes car, contrairement à nous, ils n’ont pas d’option “gratuite” (ou presque, puisque ce sont au final nos impôts qui servent à payer) sous la main. 

    • @Kaellie le fait que nos impôts servent à payer nos études ne me dérange pas! Dans l’absolu je trouve ça plus solidaire que de demander à un étudiant de débourser les milliers de dollars qu’il n’a pas et de s’endetter! Quid de s’il ne trouve pas de boulot à la sortie de sa formation payante? Et bien il peut aller à la rue, endetté jusqu’au coup…

  • Petit clin d’oeil : peut-être n’auriez vous pas dû refuser d’aller dans une école privée, cela vous aurait permis d’éviter d’écrire des articles avec des fautes d’orthographe… Mais pour être plus sérieux, il faut savoir que dispenser le savoir à un coût! Rien n’est gratuit. Reste à savoir qui doit le supporter. L’Etat? Oui donc vous au final. 

    • @Sylviane excusez moi mais je trouve assez gonflé de relier le fait de faire ou non une école privée aux quelques fautes d’inattention qu’il peut m’arriver de faire! Car je crois que dans l’ensemble mes articles restent quand même relativement exempts de fautes!

      De plus je n’ai certes pas payé mes études supérieures mais j’ai quand même bénéficié d’une formation de qualité qui m’a permis de ne connaître aucun problème pour trouver un travail, plutôt bien rémunéré celà dit en passant!

      Quand au fait que le savoir a un coût, oui mais ce n’est pas aux étudiants de le supporter! Enfin plus exactement c’est aux entreprises et aux travailleurs de le supporter, c’est à dire aux étudiants mais une fois leurs études terminées et qu’ils en ont les moyens au travers des impôts…

  • J’avais entendu parlé du combat des étudiants québécois grâce au facebook d’un groupe que j’adore: les cowboys fringants qui les soutient dans leur combat.
    Moi aussi j’ai pu étudier longuement pour peanut parce que j’ai eu la chance de grandir en France (sinon je crois que je n’aurai pas pu faire d’études supérieures), je pense que les dirigeants québécois voient à court terme car pour moi un peuple éduqué est toujours plus “rentable” qu’un peuple non formé, mais bon…

    • @Ortisse mais peut-être que le gouvernement ne veut justement pas d’un peuple éduqué qui aurait les moyens intellectuels de comprendre ce qui se passe en politique?

  • Nous sommes bien d’accord, ça ne me dérange pas non plus que mes impôts servent à financer des formations de qualité et accessibles au plus grand nombre. 🙂 Mais je ne trouve pas non plus farfelu de faire payer certaines formation très pointue aux étudiants, mais cette contribution ne devrait pas les obliger à s’endetter à vie.

    Par contre, je n’ai pas été en fac mais je considère quand même qu’il ne s’agit pas vraiment d’une éducation “gratuite” car il y a un coût en dehors des frais d’inscription (logement, mutuelle, livres, etc).

  • Ben dis donc, y a des étudiants qui n’ont pas froid aux fesses yeux ! ^^
    Quant à la remarque de Sylviane, son “clin d’œil” sur tes fautes d’orthographe, je ne sais pas s’il faut vraiment le prendre pour quelque chose de méchant ou si c’est juste réellement un “clin d’œil”, mais en attendant elle a fait elle-même une faute : “dispenser le savoir à un coût”… J’dis ça, j’dis rien… 😉

  • Petit billet de ma profession :
    Depuis peu, pour obtenir une équivalence, les dentistes québécois peuvent suivre un stage hospitalier et quelques cours à la fac, tous pris en charge par l’Etat. Alors qu’un dentiste français devra lui débourser dans les 4000 dollars pour obtenir son équivalence. Equivalent, l’accord ?

  • Moi qui croyais qu’il faisait froid là-bas, ce n’est pas vrai. En plus certain(e)s n’ont pas l’air de mourir de faim malgré l’augmentation des droits de scolarité à l’université!
    Et puis tes billets “s’en fotes d’ortografes”, ça ne serait plus toi, on t’aime comme ça! Tu as  d’autres compétences que certain(e)s n’ont pas. Continue tes coups de gueule, continue de nous informer, de nous étonner.

  • J’avoue que je n’en avais pas entendu parler. Je pense que c’est normal de payer un minimum, parce qu’il faut bien que quelqu’un finance le salaire des profs ect…
    Mais s’endetter alors qu’on n’a pas encore commencé à travailler ce n’est pas vraiment normal.
    Je ne préfère même pas imaginer quelle serait la situation en France si une augmentation pareille devait arriver…

  • Eh bien, il n’y pas que les Francais qui savent manifesté… Vu d’ici on a toujours l’impression que seuls les Francais l’ouvrent ! Et ben c’est même pas vrai ! Parce que des manifs en petite tenue, j’en ai vu en Allemagne mais pas en France !

  • La précarité étudiante n’ayant pas de frontière, le dénument des étudiants représentés par ces manifestations deshabillées étant un sujet on ne peut plus sérieux, j’envoie de France mon soutien complet et inconditionnel aux étudiants grévistes.
    Jérémie – France.

    • @Jérémie merci pour ton petit mot, c’est très apprécié dans ce conflit qui s’éternise malheureusement…

  • […] Et c’est dommage. Tout n’est pas noir ou blanc, mais j’ai la désagréable impression que la ville se partage! D’une part, le conflit étudiant qui s’enlise, avec hier soir encore la XXXième manifestation (manifestation nue, si j’en crois mes statistiques qui explosent sur cet article)… […]

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...