Au bout du Nouveau Brunswick : l’île de Miscou.

Quand on part en vacances au mois de Mai, on espère toujours au fond de soi que le printemps va être déjà bien avancé et que les températures vont être douces et le soleil au rendez vous. Malheureusement pour nous, l’hiver canadien devait cette année décider de jouer les prolongations

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_01

C’est ainsi par des températures à peine positives que nous sommes allés tout au bout de l’Acadie, à la pointe formée par l’île de Miscou. Au rendez vous, blocs de glace sur la plage et dans l’eau, étendues d’herbes jaunies par l’hiver et imbibées d’humidité, et parapluies comme meilleurs alliés!

Après un arrêt à l’île de Lamèque – drôle de nom quand on le prononce uniquement à l’oral sans voir l’orthographe – passage obligé sur le chemin avant l’île de Miscou, nous devions arriver au bout de l’île, dont la pointe est surplombée d’un phare qui ce jour là se perdait dans la bruine

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_02

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_03

Le mauvais temps a au moins cet avantage de faire fuir les touristes et de donner ce sentiment d’être seul au monde sur un site déserté… Quel plus grand plaisir alors que de s’entraîner au handstand en essayant d’éviter – sans grand succès ˆˆ – les flaques d’eau…

Constater que les acadiens ont de l’humour! – Et ta mer …! – Se promener sur la plage, sentir les embruns marins. Essayer de se recoiffer, pour finalement abandonner devant la difficulté de garder un brushing un tant soit peu présentable avec le vent soufflant plus fort que de raison…

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_04

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_05

Le ciel gris appelle finalement bien plus à la contemplation, à la méditation. Il apaise l’âme, et les vagues s’écrasant mollement sur le rivage vide l’esprit de toute pensée. L’océan vous prend, il vous garde, telle sa vraie nature, révélée par cette météo peu clémente mais tellement sauvage.

Pour qui veut bien regarder plus loin que le bout de son nez, les plages de l’île de Miscou sont pleines de trésors à peine cachés, de ci de là, pièces rapportées et éparpillées, témoins d’un hiver bien trop rigoureux et d’un printemps qui se fait de plus en plus désirer…

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_06

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_07

Saviez vous d’ailleurs qu’il existe des homards bleus? Ceux si sont à la base plutôt rares comparativement à leurs compères marrons / kaki car du fait de leur couleur beaucoup plus voyante sur les fonds marins, ils se font habituellement dévorer par les morues!

Mais depuis quelques années, la prolifération des phoques au Nouveau Brunswick – eux même prédateurs des morues – a eu des répercutions sur cette chaîne alimentaire, leur permettant de devenir de plus en plus communs à observer! C’est ce qu’on appelle l’effet papillon…

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_08

ile-de-miscou-nouveau-brunswick_09

Il paraît d’ailleurs qu’on peut trouver des homards bleus en Bretagne, mais il existe également des homards blancs. Tous deviennent rouges tels qu’on les connaît plus communément seulement à la cuisson. (ça me rappelle des cours de physico-chimie de la cuisine au lycée tiens ˆˆ)

Nous terminerons la balade par un petit crochet par la ville de Shippagan, où l’aquarium où on peut en temps normal observer des homards bleus était malheureusement fermé – l’inconvénient de voyager hors saison… Une bonne excuse pour faire un nouveau double handstand devant un phare!

« »
  • Et bien heureusement que l’on t’avait un peu habituée aux vacances de la Toussaint en Normandie ou de printemps en Bretagne! Ces vacances en Novembre à Portbail où tu nous avais dit :”Plus jamais de vacances en Normandie à la Toussaint!”, ce souvenir doit maintenant ressembler aux chaleurs du Sud. Il est vrai qu’à l’époque, tu ne savais pas faire de Handstand pour te réchauffer. Et de plus quel plaisir de se balader sans personne aux alentours!

    • @mamounette ah ah je m’en rappelle de ces vacances là! Mais oui quel plaisir d’être toute seule à se balader…

  • Joli !

    • @Xel0u le l0up merci 🙂

Toi aussi laisse ton petit brin d'herbe...