Vivre comme une locale au Portugal !

1

Alors que je viens tout juste de fêter mes 31 ans, l’automne est toujours pour moi une période de bilan. L’occasion de faire le point sur les derniers mois, et de revenir sur les expériences vécues cette année. Peu de voyages en 2019, un vrai ralentissement et surtout, une nouvelle façon de vivre des expériences qui a commencé en janvier dernier avec un mois entier passé à vivre à Porto.

J’avais toujours voulu me rapprocher de mes racines, et alors qu’un événement de danse se produisait à Porto au moment du nouvel an, j’ai saisi l’excuse de passer le mois suivant sur place. L’occasion  de me (re)poser, louer une chambre et avoir pour la première fois depuis longtemps “un véritable chez moi”, mais surtout d’avoir le temps d’apprendre à connaître en profondeur cette ville, et non juste de la survoler.

Flâner dans les rues de Porto

A Porto, j’ai réappris ce qu’est le plaisir d’avoir un quotidien, d’apprendre à découvrir son quartier au grès des promenades. Nombre de fois j’ai pesté contre les reliefs de la ville, décidant avec persistance de continuer à me déplacer à vélo quand bien même le nombre de cyclistes sur place était assez limité. Au fur et à mesure des semaines, j’ai développé mes habitudes, mon sens de l’orientation.

Qu’il est agréable de ne pas se balader dans les rues d’une ville uniquement le nez rivé sur son smartphone à regarder Google Maps. Au fil des jours, j’ai pris mes points de repère, mon quartier – “Lapa” un peu excentré au nord – m’est devenu familier, de même que les trajets pour me rendre à mes endroits préférés. Que ce soit de petites échoppes comme ma boulangerie préférée, que ce soit où acheter le “trop-bon-fromage-que-je-kiffe”, ou même le très connu Mercado do Bolhão, je prenais peu à peu mes marques.

Marché de Bolhão
Rua de Fernandes Tomás
Du lundi au vendredi de 7h à 17h, le samedi de 7h à 13h

Déguster les spécialités portugaises

Si je dois confier à mes parents le mérité de m’avoir fait découvrir la Confeitaria do Bolhão lors de notre premier séjour à Porto il y a deux ans, je dois avouer avoir depuis fait de nombreux convertis. A deux pas du célèbre Café Majestic qui est hors de prix et toujours avec une file monstrueuse, ce petit bijoux qui ne paye pas de mine, vaut vraiment le détour. Ici, pas de chichi, comme dans toute boulangerie c’est service au comptoir.

Pour ceux qui veulent, une salle à l’étage permet de se poser pour prendre en même temps un café ou chocolat chaud (ceux qui ont déjà goûté la version portugaise sauront déjà à quel point il peut être “épais” et très chocolaté) et une salle en bas permet quant à elle de déjeuner. Si vous êtes chanceux, vous pourrez peut-être même assister au concert de fado d’une des serveuses qui est également chanteuse professionnelle…

Ne manquez pas de tester les différentes pâtisseries, en particulier les “brigadeiros” (un dessert brésilien à base de chocolat et lait concentré) ou la fameuse “tarte aux amandes” qui est une tuerie ! (il est fort probable que mes passages réguliers ici aient contribué à l’apparition de quelques bourrelets, d’autant plus que cela ne coûte vraiment pas cher avec les prix portugais ^^)

Rassurez-vous, il y a également moyen de manger santé en allant dans le meilleur restaurant vegan de la ville à Cultura dos Sabores, où pour moins de 10€ on a accès à un buffet chaud et froid où tout est délicieux. Sachant que si vous avez quand même à nouveau envie de “gras”, il suffit de pousser la porte en face chez Dona Maria Pregaria pour déguster de bons hamburgers, qui existent en version végétarienne.

Confeitaria do Bolhão
R. Formosa 339
Du lundi au samedi, de 6h à 20h

Cultura dos Sabores
R. de Ceuta 8
Du mardi au dimanche, de 11h à 16h et de 18h à 24h
Buffet pour le déjeuner 8.95€ et pour le dîner 9.95€

Dona Maria Pregaria
R. de Ceuta 63
Du lundi au samedi, de 12h à 16h et de 19h à 23/24h

Apprendre le portugais

J’ai beau être à moitié d’origine portugaise, je n’avais jamais essayé d’apprendre à parler cette langue, et le fait de vivre sur place fut pour moi un réel déclencheur car je voulais vraiment être en mesure de communiquer avec les locaux dans ma vie quotidienne. Si j’ai pu apprécier de prendre quelques cours en présentiel dans l’école Português Comum (Sara la prof est très sympa), j’ai finalement compris qu’il était mieux pour moi de pouvoir suivre mon propre rythme.

C’est pour cela que je me suis tournée vers l’application Babbel pour apprendre le portugais, car elle offre une méthode complète pour progresser rapidement, notamment grâce à son système de reconnaissance vocale qui permet de corriger les défauts de prononciation, mais aussi le fait que l’explication des règles d’orthographe, de grammaire et de conjugaison est adaptée au mode de pensée de la langue maternelle de l’étudiant.

Et oui, un français n’apprendra pas le portugais de la même façon qu’un anglais et c’est bien d’en tenir compte. En tout cas, au bout de quelques temps seulement, j’étais fière de moi à pouvoir échanger dans ma vie de tous les jours en portugais sans me sentir trop restreinte. De quoi me motiver à investir dans des livres pour continuer de progresser, et pour cela quoi de mieux qu’une édition du Petit Prince ?

Português Comum
Rua Fernandes Tomás, 424, 7th floor, Porto

Aller surfer aux portes de Porto

Quand un jour mon coloc m’a dit “Je vais surfer demain, ça te dit de te joindre à moi ?” j’ai un peu été surprise. C’est pourtant ainsi que je me suis retrouvée en plein mois de janvier, à aller surfer dans la mer à seulement quelques kilomètres de Porto. Pour cela, il suffit de prendre la ligne de métro jusqu’à Matosinhos, petite station balnéaire où les vagues sont au rendez-vous.

Autant être honnête tout de suite, je n’ai pas réellement pu prendre de vague digne  de ce nom ce jour là, mais par contre (pour louer le matos de surf, planche et combinaison, je vous conseille la Chelo Coast House) j’ai pu déguster une super bonne glace à l’açaï au Kiber Surf Shop, et même participer à un nettoyage de plage ! Pour ceux une fois de plus en manque de burgers, rendez-vous chez Munchie (il y en a plusieurs en ville).

Kiber Surf Shop Matosinhos
R.Carlos de Carvalho n º28 r/c, Matosinhos
Tous les jours, de 10h à 19h30 sauf le mercredi de 11h à 19h

Chelo Coast House | Café, Cycles & Surf
Av. da República 128, Matosinhos
Du mardi au dimanche, de 10h à 19h

Munchie
R. Heróis de França 758, Matosinhos
Tous les jours, de 12h à 24h

Découvrir les lieux alternatifs de Porto

Vivre à Porto et ne pas juste y passer en tant que touriste, c’est aussi avoir le temps de découvrir les petites pépites de la ville. Que ce soit Miradouro Ignez, ce petit bar à la terasse surplombant le Douro où les chocolats chauds n’attendent que d’être dégustés devant le coucher de soleil, ou les lieux plus alternatifs de la ville où se cachent les associations culturelles.

Parmi ceux-ci, Casa da Horta qui est le lieu immanquable pour tout type d’évenement en particulier les “cafés langue” où venir pratiquer le portugais ou d’autres langues, mais aussi Casa Bô qui propose également tout type de soirées : danse, musique, bref tout ce qui touche à la culture. Il est même possible d’y être volontaire, en tout cas il ne faut pas hésiter à vérifier le programme en ligne qui change souvent.

Enfin, dans les activités alternatives parfaites, je conseille l’acroyoga ! Si j’en avais déjà fait avant, c’est à Porto que j’ai vraiment renoué avec ce sport acrobatique très ludique. La communauté ici est vraiment bienveillante et accueillante, et j’ai vécu de très beaux moments, notamment à faire de l’acroyoga dans un garage aménagé ! Il n’y faisait pas chaud, mais l’insolite du lieu emporte sûrement la palme de l’originalité. ^^

Miradouro Ignez
Rua da Restauração 252
Du dimanche au jeudi, de 12h à 21h, vendredi et samedi de 12h à 24h

Casa da Horta
R. de São Francisco 12
Du mardi au samedi, de 12h30 à 24h, dimanche et lundi de 20h à 24h

Casa Bô
Rua do Bonfim 356

Groupe Facebook Acroyoga Porto

S’imprégner de la culture portugaise

En ce qui me concerne, la culture passe principalement par deux choses : la musique et la bouffe ! Je ne devais pas être déçue de mon séjour à Porto… En effet, niveau gourmandise, vous avez pu voir plus haut que je n’avais pas été en reste sur les tests des spécialités locales. Je devais m’habituer également à une spécialité locale : “Roméo et Juliette” qui correspond au fait de manger un fromage précis avec de la pâte de coing, un délice !

Quand à la musique, si j’avais eu la chance de commencer avec le meilleur en participant à cinq jours de fêtes autour des danses et musiques traditionnelles, cela ne m’a pas empêché de m’inscrire à des cours de chant et percussions portugaises – le Adufe, un tambourin carré traditionnel du Portugal qu’il m’a été bien difficile de maîtriser. L’occasion parfaite pour moi de renouer avec cette part de mon identité !

Découvrir la beauté du Porto nocturne et danser le forró

Si je dois confesser une chose, pendant un mois j’ai eu un rythme de vie assez particulier, en vivant à moitié la nuit. En effet, les portugais aiment faire la fête, et les soirées ne commencent pas tôt ! Il n’est pas rare que les gens aient minimum une à deux heures de retard sur l’horaire indiqué de la soirée. Au début on se fait avoir, mais ensuite on sait qu’il ne sert à rien de venir à l’heure…

Pour les soirées danse, il en est de même, et c’est pour danser le forró jusqu’au “bout de la nuit” que je me couchais relativement tard 3 à 4 fois semaine lors des soirées. Mon lieu préféré : le bar Galeria de Paris avec sa décoration atypique et son ambiance toujours au rendez-vous, ah les sourires et l’accueil des forrozinhos est exceptionnel ! Rendez-vous le mardi et le jeudi soir sur place.

Quand au vendredi soir, c’était direction les pompiers volontaires de Porto, qui ont une super salle de danse, repère de concerts live de forró à ne surtout manquer sous aucun prétexte. Bref, vous l’aurez compris, à Porto il est possible de danser le forró presque tous les soirs, d’autant plus si on est mobile dans tous les coins de la ville…

Galeria de Paris
R. da Galeria de Paris 56
Forro le mardi et le jeudi soir à 23h
Plus d’infos sur Forró do Santo

Bombeiros Voluntários do Porto
R. de Rodrigues Sampaio 145
Forró dos Bombeiros par Dois Pra Cá

Parcourir quand même le Porto touristique

Ayant parcouru les rues de Porto en tant que touriste avec mes parents un an auparavant, j’avoue ne pas avoir forcément eu envie de revisiter cette fois-ci les lieux connus de la ville. Cependant, dans les lieux insolites, même s’ils sont connus, ne manquez pas un arrêt à la gare de São Bento pour observer les azuléjos, ou au Centre de la photographie Portugaise qui est dans une ancienne prison !

Et si votre curiosité touristique n’était pas encore satisfaite, vous pouvez toujours aller faire la file d’attente pour pénétrer dans la célèbre librairie Lello qui a inspiré Harry Potter (5€ l’entrée tout de même, remboursables si vous achetez un livre ensuite) ou en prenant le tramway. Par contre désolé de vous l’apprendre mais la francesinha n’est pas si traditionnelle que ça car elle fut créée dans les années 1950 par un cuisiner ayant travaillé en France et qui s’inspira du croque-monsieur!

Livraria Lello
R. das Carmelitas 144
Tous les jours, de 9h30 à 19h

Gare de São Bento
Praça de Almeida Garrett

Centre de la photographie Portugaise
Largo Amor de Perdição
Du mardi au vendredi, de 10h à 18h, samedi et dimanche de 15h à 19h

1 COMMENTAIRE

  1. Merci de cette sympathique chronique et des jolies photos ! Toujours un plaisir de lire ces expériences partagées .

    J’étais allé à Porto au printemps . La tenue vestimentaire des étudiants en fin d’année est remarquable
    ( grande cape noire ) , ils organisent une petite fête nocturne chaque année : à voir

    S’il pleut , c’est la valse des parapluies de couleur , en prenant de la hauteur dans les rues , on peut obtenir des clichés originaux

    Un petit tour sur le Douro , c’est touristique , je l’accorde , mais il permet de comprendre l’acheminement du Porto ( et oui ! Quand même 🙂 ) Contrairement aux idées reçues de nos concitoyens , les vignes de Porto ne sont pas à Porto mais plus loin dans les terres . Des anglais s’étaient installés là-bas . Au hasard je suis allé visiter Taylor’s , moins connu et plus confidentiel que les grandes marques de Porto comme Sandeman , intéressant et de bonne qualité .

    Les restaurants : l’accueil est toujours très sympathique , je crois qu’au début du repas , il y a des produits “d’accueil” mais ceux-ci sont payants si on est tenté d’y plonger la main .

    Compte tenu de l’exposition , un petit rafraîchissement sur les bars qui bordent le Douro , c’est sympa , mais attention les jours de vent ! Ça souffle fort !

    Jérôme

Laisser un commentaire