8 raisons de ne pas faire ma vie au Canada.

32

Je vous l’avais promis, après ma liste des 5 raisons pour lesquelles j’aime vivre à Montréal plutôt qu’à Paris, je me devais bien de vous expliquer un peu pourquoi malgré mon amour pour cette ville, j’ai finalement fait le choix de rentrer m’installer en Europe très prochainement… Ainsi au Canada :

canada_feuille_erable

1/ On travaille plus… 

Eh oui, la semaine typique de travail au Canada, c’est 40 heures, pas 35 heures comme en France. Le tout avec seulement 2 semaines de congés payés par an, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour se reposer ou voyager! (et on oublie les RTT comme pour ceux qui sont à 39 heures bien entendu…)

Alors bien sûr, on peut généralement poser des congés sans solde sans problème… Mais bon ça coûte de l’argent! Surtout quand alors quand pensait avoir un plus gros salaire, on se rend compte qu’on est pas payés plus cher en taux horaire du fait de travailler 40 h x 50 semaines plutôt que 35 h x 47 semaines.

Alors bien sûr, à la fin de l’année vous avez travaillé plus donc vous avez gagné plus, mais je vous laisse faire le petit calcul, au Canada on travaille 2000 heures par an contre 1645 heures en France ! ^^ Ceci dit, à quoi bon gagner plus d’argent, si ce n’est pour ne pas avoir le temps de le dépenser?

Après, il existe des exceptions et le nombre de semaines de congés est quelque chose qui se négocie à l’embauche au même titre que le salaire, et augmente généralement avec l’ancienneté dans l’entreprise. (par contre, si vous changez de job, il faudra sans doute tout recommencer de zéro)

2/ Tout est trop loin et voyager coûte cher !

Mine de rien, les distances en Amérique du Nord n’ont rien de comparable avec l’Europe, pour se rendre à la “grande” ville la plus proche depuis Montréal, c’est à dire Ottawa ou Québec, ça prend quand même un bon 2.5 / 3 heures de voiture. Toronto ou New York, on passe tout de suite à 6 heures !

Autrement dit, en terme de possibilités de déplacement en voiture à l’échelle d’une fin de semaine, on est assez vite limité. Ce qui fait qu’au bout de quelques mois à quadriller les environs, on a vite l’impression d’avoir fait le tour de ce qui était “faisable” en si peu de temps… un peu frustrant!

Quand à voyager autrement qu’avec une voiture, malheureusement on a déjà vu que le train est à la fois pas plus rapide et assez cher. Quand à prendre l’avion, oubliez ça pour juste un week-end, ici les vols low cost ça n’existe pas et  les prix de billets peuvent facile monter à 500$ l’aller retour!

Du coup il ne reste guère plus que l’option bus. Et si vous voulez vous rendre plus loin, il vous faut plus de temps. Ah oui, mais du temps justement, vous n’en avez pas avec vos seulement 2 semaines de vacances par an! Eh oui, ici pas de petites escapades d’un week-end dans les capitales européennes…

3/ La clim tourne à fond l’été et le chauffage à fond l’hiver.

L’écologie, c’est pas ce qui tue le Canada, d’ailleurs c’est pas pour rien qu’ils ont quitté le protocole de Kyoto quoi! Non ici, en plein été, il n’est même pas possible de mettre une jupe / robe pour aller au boulot car sinon tu sais que tu vas passer la journée à te les cailler à la job sinon.

Car oui, les gens mettent la clim à fond! A tel point que ça en est presque ridicule… Il fait 35°C dehors, on crève de chaud, on rentre dedans et il fait 18°C! Un combat perpétuel avec mes collègues pour leur expliquer qu’une telle différence de température, ça n’est pas vraiment sain

A l’inverse, l’hiver le métro montréalais est surchauffé! A chaque fois que je rentre dedans, je ne peux pas m’empêcher d’enlever immédiatement mon manteau, d’ailleurs ‘cest pour ça que je suis toujours en t-shirt manches courtes en dessous! Alors je ne comprends pas ceux qui réussissent à garder leur manteau, écharpe et bonnet…

Des foi, je me dis que je dois pas avoir le même système thermique que la plupart de canadiens lol… J’en oublierais presque également de parler des résidences aux apparts où on a pas la main sur le chauffage et où c’est surchauffé au point de ne jamais mettre de pull. Bref, l’écologie, c’est pas trop ça!

4/ Le système de santé canadien, c’est bien tant qu’on est pas malade !

Même si j’ai eu la chance d’être prise en charge rapidement à chacun de mes séjours aux urgences, dès que vous avez une petite maladie qui ne requiert pas un traitement d’urgence, il faut s’accrocher pour avoir accès à des soins corrects! L’enfer de l’attente dans les cliniques, c’est normal ici.

L’assurance de santé privée qui coûte un rein car la RAMQ (l’équivalent québécois de la SECU) ne couvre pas la plupart des frais, c’est aussi une réalité. Sachant que plein de frais ne sont remboursés qu’à 70 ou 80 %, la note peut rapidement monter malheureusement…

Par exemple, la plupart des assurances santé ne remboursent qu’un seul examen de la vue tous les 2 ans! Quand aux délais d’attente pour avoir un RDV pour des examens, on parle de plusieurs longs mois. Et avoir l’équivalent d’un médecin généraliste, qu’on appelle ici médecin de famille, plusieurs années!

Ici le système de soin, c’est impersonnel, vous n’êtes bien souvent qu’un numéro. Aller seul avantage, ces mêmes assurances remboursent bien souvent les massages, même quand ils ne sont pas thérapeutiques! (oui oui, votre journée au spa avec massage peut vous être remboursée, cherchez l’erreur…)

canada-montreal_winter-time

5/ Les taxes à l’import et les frais de port sont ahurissants.

Presque à coup sûr, si vous commandez quelque chose à l’extérieur du Canada, vous allez vous taper des frais de douane, qui sont bien souvent l’équivalent d’une partie de la valeur de votre colis + des frais de traitement. Autrement dit, la note peut vite être plutôt salée!

Alors bien sûr il y a la petite astuce de demander à votre expéditeur de déclarer que c’est un cadeau d’une valeur de marchandise inférieure à 20$, mais bien souvent ce n’est pas possible pour les sites commerciaux… A l’inverse, celà ne m’est jamais arrivé en France (sauf à mes parents pour un colis envoyé d’Hawaii hum ^^)

Dans l’autre sens, si vous souhaitez envoyez un colis à vos proches en France, accrochez vous car ce n’est vraiment pas donné! Il m’est en effet déjà arrivé de vendre un rein dépenser 80$ pour envoyer un colis de 3 kilos en France, alors que dans l’autre sens la poste propose des colis de 7 kilos à 40€…

Pareil pour les timbres qui coûtent plus cher dans un sens que dans l’autre lol. Cherchez l’erreur! ^^ Bref, rien d’insurmontable et on peut voir ça comme un bon moyen de faire fonctionner l’économie canadienne mais il vaut mieux être prévenu en avance pour ne pas se faire avoir…

6/ L’hiver est long et le système de transport pas performant.

Je ne sais pas si c’est le cas dans chaque ville, mais le système de bus de Montréal est une vraie plaie! En effet, comme il n’y a que 3 (aller, 3 1/2 ^^) lignes de métro, pour se rendre quelque part dans Montréal il faut souvent prendre le bus. Sauf que ces derniers ne sont jamais, JAMAIS à l’heure!

Combien de fois j’ai cru que j’allais pleurer quand j’attendais à mon arrêt de bus pendant 20 minutes en plein hiver avec le froid mordant… Pour que finalement 3 bus arrivent d’un coup! Grrrr, croyez moi, le degré de patience par rapport à ça descend avec les degrés du thermomètre

Surtout quand les gens montent à 2 à l’heure dans le bus alors que vous faîtes patiemment la queue, et qu’ils ne se tassent pas du tout pour vous permettre de rentrer, ça a le don de m’horripiler et pas qu’un peu! (qu’on les envoie tous faire un stage dans le RER B à Paris, ils comprendront le sens du mot sardine…)

Ais-je aussi oublié de mentionner le fait que les arrêts ne sont pas annoncés dans le bus? Quand on ne voit pas vraiment les noms des coins de rue, ça rend quand même la chose un peu compliquée… Heureusement on peut toujours demander au chauffeur de nous dire où descendre. (quand il ne nous oublie pas…)

Après, sincèrement en dehors de ça, l’hiver n’est pas si horrible à vivre et comme je vous le disais dans cet article, j’ai même du plaisir à faire toutes ces activités hivernales. Sauf qu’au bout de 6 mois, rendus en mai, on aimerait bien parfois laisser un peu tomber les manteaux et les bottes!

7/ Il n’y a pas de Décathlon, quelle horreur !

Les sportifs en herbe comprendront mon malheur du au fait que Décathlon n’existe pas ici… En effet, on a quand même rien inventé de mieux pour le matériel de sport de qualité et à bas prix! Non ici, vous n’avez que vos yeux pour pleurer dans les magasins où le moindre haut vous coûtera 50$…

Heureusement, il existe une parade : faire une razzia quand vous rentrez en France, ou demander à vos gentils amis de faire le plein pour vous lorsqu’eux rentrent! Ou alors si aucune de ces 2 options n’est possible, faire confiance à un inconnu pour vous rapporter ce dont vous avez besoin!

C’est tout le concept de Worldcraze qui met en relation des personnes qui voyagent sur un trajet donné, et d’autres personnes qui aimeraient justement bien se faire ramener quelque chose d’un pays étranger! Ce qui marche en fait aussi bien pour les français expats à l’étranger qui ont le mal du pays

… que pour ceux qui voudraient obtenir un produit non en vente sur le marché de leur pays! (comme des produits des USA) Comme par exemple, cet ami québécois qui voulait un téléphone uniquement vendu en Europe et qui a donc faire livrer le téléphone chez mes parents pour que je lui rapporte… 😉

L’avantage ici de passer par une telle plateforme, c’est bien entendu d’élargir vos possibilités (car à moins d’avoir beaucoup d’amis qui voyagent dans plein de pays différents on est un peu limités) tout en gardant une certaine sécurité grâce à des profils de voyageurs vérifiés et la plateforme qui sert d’intermédiaire.

Quand à l’intérêt pour le voyageur de transporter ainsi un produit pour un autre, c’est qu’il gagne un bonus d’une valeur minimum de 10% du prix de l’article acheté, de quoi rentabiliser une partie du voyage ! 😉 C’est ce qu’on appelle un concept gagnant / gagnant ! Acheter aux Etats Unis n’a jamais été aussi simple. ^^

8/ La distance avec ma famille est dure à supporter.

Combiné au fait qu’on a que 2 semaines de vacances par an et qu’à la période de Noël, un billet d’avion aller-retour se négocie grand minimum 1000$ et parfois jusqu’à 2000$, on ne voit pas sa famille tous les mois! Alors certes, c’est un choix que j’ai fait en partant…

Mais passer ma vie à pleurer dans les aéroports au moment de se dire aurevoir, non merci! J’ai envie de voir ceux que j’aime plus souvent et pas forcément 3 semaines d’un coup, et c’est en partie une des grandes raisons de mon retour en Europe au printemps prochain…

Certains se poseront peut-être la question, j’ai volontairement écarté la problématique de la bouffe, car si comme tous les français expats j’ai été au départ hyper frustrée de ne pas retrouver mes marques, j’ai finalement compris qu’on ne peut pas s’attendre à tout retrouver pareil à l’autre bout du monde

Même si je ne fais pas confiance à tous les OGMs, et aux viandes aux antibiotiques, on peut quand même se nourrir relativement santé pour un budget correct ici. Et puis une tartiflette ou une raclette, ça a tellement meilleur goût quand on rentre la manger en France avec ceux qu’on aime! 😉

Et toi, qu’est ce que tu ne supportes pas au Canada?

32 Commentaires

    • @Blog Voyages si tu en as l’occasion, n’hésite pas à sauter le pas! Pour quelques mois ou années, l’expérience vaut vraiment le coup, après pour rester ça dépend vraiment des priorités de chacun je dirais… 🙂

  1. J’ai vécu un an à Montréal (en PVT) et je suis rentré pour plus ou moins les même raison que toi 🙂 J’ai adoré Montréal et le Québec me manque mais y vivre est trop contraignant surtout au niveau familiale.

    Bon retour chez toi alors

    • @thibaudd pareil, j’adore ma vie ici et je vais sincèrement très mal le vivre au moment de partir pour de bon, mais je survivrai car je sais aussi que ce n’est que pour partir vers de nouvelles aventures! 🙂 Et toi, comment c’est passé le retour en Belgique au final?

  2. @The Green Geekette : Mon retour s’est plutôt bien passé. Avec Madame (que j’ai rencontré à Montréal mais qui est belge), on s’est pausé près de chez nous (on a acheté une maison). J’ai trouvé du boulot rapidement en rentrant, etc. Un bon retour ! Et quel bonheur d’être à moins de 15 minutes de sa famille 🙂 Par contre, en ce moment, au début de l’hivers, Montréal me manque fort !

    • @thibaudd comme quoi il fallait bien faire quelques milliers de kilomètres pour rencontrer l’amour de ta vie! 😉

  3. Salut, je suis pas mal en désaccord avec toi sur bien des points, mais il faut dire qu’à la base, personnellement plus j’observe la France plus je suis content de l’avoir quittée il y a 15 ans.
    1_ Bizarre tous les gens que je connais en France disent que même si ils sont censés travailler 35h, la pression fait qu’ils bossent tous beaucoup plus d’heures que cela. Et puis si tu écoutes un peu les politiciens appelés a prendre le pouvoir dans le futur, les 35h c’est pas mal chose du passé
    2_ si tu habites à Paris effectivement les TGV ont beaucoup changé la donne pour les voyages rapides, maintenant quand tu habites en province c’est moins la régalade. Combien de temps pour un Lyon – Bordeaux (pourtant 2 grosses agglomérations) en train ? Oui par contre les low costs peuvent être intéressants, si tu vis encore une fois dans une ville avec un aéroport qui accueille ce genre d’avions…
    3_ Le métro n’est pas chauffé activement, c’est la somme des chaleurs des freins des métros, des gens qui sont dedans et le manque de ventilation qui fait que c’est si chaud … Mais bon tu oublies de comparer les odeurs de ce métro et celui de Paris dans lequel les effluves sont parfois vraiment dégueulasse.
    Les HLM où tu n’as pas le contrôle sur le moment où le chauffage se met en route, y’en a partout en France aussi , malheureusement …
    4_ ça , je te le donne … à moins d’être très riche ou très mal en point, le système fait vraiment très pitié !
    5_ je n’envoie jamais de colis donc je te le donne aussi 🙂
    6_ Les RER sont tout le temps en retard, en grève, archi bondés. Les gens ici font la queue de façon civilisée, c’est pas la foire d’empoigne dès que les portes s’ouvrent … Il me semble que lorsqu’on parle d’incivilité c’est pas mal les Français qui viennent en haut du classement pas les Canadiens…
    A Montréal, les bus s’arrêtent quasiment toutes les 3 ou 4 rues … Oui ça serait cool que les noms de rues soient indiqués dans les bus, mais bon en même temps vu comme c’est carré ici si tu connais le # de là où tu vas, ça reste facile à anticiper !!! Et accessoirement les chauffeurs sont souvent sympathiques et serviables.
    7_ Merci beaucoup pour ce service, je ne connaissais pas ….
    8_ je pense que mes parents me “voient” plus souvent qu’ils ne voient mon frère grâce a Skype, Facetime … Mais effectivement si le contact physique te manque alors cet irritant est probablement le seul que tu ne peux contourner :o)

    • @Baloo wouah déjà merci d’avoir pris le temps d’écrire un si long commentaire. 🙂 Tu as raison sur certains points, moins sur d’autres mais je crois que c’est plus une avis de ressenti personnel que de réalité. Par exemple, je n’ai jamais fait plus que mes 35h en France, ni que mes 40h au Canada parce que j’ai toujours su poser mes limites à mon employeur. Concernant le transport, je suis la fille qui se tapait 1h30 matin et soir de transport (RER A + RER B + bus) à Paris pendant un an alors je comprend ce que tu veux dire… mais au moins à Paris t’attend pas par -30°C dehors ton bus! 😛 Pour le reste, c’est sûr que ça dépend de la situation de chacun, habiter à Paris ou dans une autre grande ville VS venir d’un trou paumé, la façon dont on gère nos relations avec notre famille… chaque cas est spécial et chacun ses raisons pour rester ou repartir! 😉

  4. C’est fou, je pourrais dire exactement la même chose de la vie en Californie (mis à part le froid bien sur). Les vacances, le système de santé, l’écologie avec la clim à fond quand il fait plus de 45 et une différence de 27 entre l’intérieur et l’extérieur. Bizarrement, les américains ne comprennent pas le pb d’un tel écart de température.
    Profite bien de tes dernières semaines de vie canadienne !

    • @Sara eh oui, la vie à l’américaine / canadienne a des points communs un peu partout sur le continent je crois. 🙂

  5. Merci pour cet article. En ce moment, j’ai vraiment des envies d’ailleurs mais quand on souhaite tellement fort quelque chose, on en oublie souvent les aspects “négatifs”, ce qui fait qu’on est forcément déçu après. Il y a certaines choses auxquelles j’avais déjà pensé mais d’autres que j’ai pas forcément calculé. Super.

    • @Bulle il y a du positif et du négatif partout tu sais, dans tous les cas il ne faut pas que ça soit un frein et que ça t’empêche de partir à l’aventure. L’herbe n’est pas plus verte ailleurs, mais ça n’empêche pas d’aller y faire un tour, histoire de vivre une expérience différente et de s’enrichir ! 🙂

  6. Je suis d’accord avec tous les points, surtout le manque cruel de Decathlons. Quand je suis arrivée en France, j’allais tout le temps dans cette boutique … je ne pouvais pas croire les prix extraordinairement bas !

    • @Cynthia et quelle est la première boutique où tu penses que je vais faire un peu de shooping en rentrant en France ? 😉

  7. Ouais disons que ton article qui vient après ça : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1296004-expatriee-je-suis-rentree-en-france-au-bout-d-1-an-l-herbe-n-est-pas-plus-verte-ailleurs.html je trouve que ça fait beaucoup pour moi 🙂 Même si au moins toi tu sembles être venue au Canada un peu mieux préparée que celle qui part s’installer en Abitibi en pensant “C’était, comme pour aller au ski, en France !” …. C’est probablement ça qui m’énerve plus au Canada depuis 3-4 ans … Les Français qui viennent ici parce qu’ils ont vu 3 reportages sur France 5 sur le Québec et pensent retrouver la France mais avec des traîneaux à chiens et des Amérindiens. Et derrière ça ce qui m’énerve c’est le service d’immigration Canada qui ne force pas les gens à se renseigner plus profondément avant de partir et leur donne des images d’Épinal sur la situation ici … Bref j’arrête là mon coup de sang 😀

    • @Baloo je comprends tout à fait ta réaction, moi même je suis la première à pester un peu contre ces français qui viennent ici sans réel projet juste en pensant que l’herbe est plus verte et que tout va leur tomber dans le bec. Mais ceci dit, sans vouloir me justifier, le Québec était pour moi un projet qui remontait à… 2009 ? J’ai mis plus d’un an à pour de bon partir entre le moment où j’ai pris ma décision et celui où j’ai posé mes valises ici, et puis être toujours là 3 ans plus tard, ça montre aussi bien que malgré tous les points énumérés ci dessus, je suis aussi capable d’aller au delà et d’apprécier de pays à sa juste valeur, enfin je crois. 🙂 En partant je ne m’attendais à rien si ce n’est vivre quelque chose de différent, et c’est aussi pourquoi je repars aujourd’hui, pour revivre une autre expatriation ailleurs, et sortir une fois de plus de ma zone de confort…

  8. Je ne suis pas d’accord avec le manque de médecin et les délais de dingues qui vont avec. Ces problèmes sont spécifiques au QC, nous sommes maintenant en Alberta et on a pas eu de souci pour trouver un médecin de famille.
    Fred a eu un problème au bras, il a fait des radios, a consulté le médecin, a fait aussi une prise de sang et il n’a pas déboursé un centime.
    Sont RDV pour les radios a duré tellement peu de temps, qu’à sont retour j’ai cru qu’il s’était trompé de jour et idem pour le RDV chez le médecin.
    Quant à la prise en charge, tout dépend des mutuelles. La nôtre (offerte par l’employeur) nous coûterait 200 $/mois à 5 et les 20 % à charge pour le dentiste, ne me choquent pas.
    Puis je me souviens qu’avant de quitter la France, beaucoup de médicaments n’étaient plus remboursés et je payais quasiment tous les médicaments des enfants, qui ne marchaient pas en plus !

    • @Une famille à l’ouest du Canada oui j’ai peut-être parlé un peu vite en parlant au nom de tout le Canada, mais au Québec le système de santé est vraiment une plaie… Bon à savoir qu’il vaut mieux aller en Alberta pour ça. 😉 (en plus des superbes paysages ^^)

  9. Je suis plutôt étonnée pour le “on travaille plus”, j’ai pas l’impression que les 35h soient si courants que ça en France, perso je faisais 45h, mon copain plutôt 60 quand ce n’était pas plus et mes proches rarement moins que 40. Après pour les congés au Canada beaucoup de mes proches ont 3, 4, 5 voire même 7 ou 8 semaines de vacances une fois passée la première année (mais je suis en Alberta pas au Québec, ça change peut-être quelque chose). Et puis surtout ce qui n’est pas similaire à la France ce sont les journées de travail, je trouve qu’elles sont bien courtes ici au Canada (en général 8-16h30… mon 9-19h est bien loin !) et entre les innombrables pauses cafés, comptages de mouches et discussions avec les collègues la productivité ne me semble pas faire le poids (mais là c’est un autre sujet).

    Sinon je suis plutôt d’accord avec le reste, surtout le coût des voyages en Amérique du Nord, mon grand malheur ! Et c’est pour à peu près les mêmes raisons que je ne ferai pas ma vie ici, même si ça sera bien douloureux de m’en aller.

    • @Flo je n’avais pas pour but de parler au nom de tout le monde, juste en mon nom propre. 🙂 C’est pourquoi en me basant sur MON expérience, oui j’ai travaillé plus au Canada et ayant moins de vacances, mais après peut-être que d’autres sont mieux lotis, notamment dans d’autres provinces canadiennes! Quand à la productivité ici, ah ha c’est un grand débat! 😛

  10. Comme tu as employé le “on” je pensais que tu expliquais un concept général mais effectivement c’est plus clair/logique comme ça 😀 et puis c’est sûr qu’il y a beaaaaucoup de choses qui diffèrent entre le Québec et les autres provinces !

    Bonne année !

  11. Et dis, je peux citer ton article en intégralité à ceux qui me demandent pourquoi je me barre du Québec ? 🙂

    Je suis d’autant plus triste que contrairement à toi, j’ai connu le système de santé qui faisait notre fierté. Ne jamais débourser un centime, une attente de 45 minutes à la clinique, jamais plus de 3h aux urgences… Pas besoin de mutuelle car tout l’essentiel est pris en charge… C’est une réelle frustration de naviguer dans le système actuel, dégradé à fond dans les 15 dernières années. Me crois-tu ? On a déjà parlé de ce système en disant qu’il était “unique en Amérique du Nord” ? Et pas à cause des débordements des salles d’attentes ?

    Mes raisons sont semblables aux tiennes : manque de vacances si on choisit le salariat (j’ai déjà donné), éloignement et tarifs aériens prohibitifs (l’aller simple vers la France hors saison a doublé en 8 ans),… Écoeurantite aigüe dans mes problèmes de santé cette année… devoir attendre 1 mois pour voir mon médecin alors que je me suis inscrite à l’université presque exclusivement pour avoir accès à la clinique… Des tests inutiles après 7h d’attente aux urgences, pas moyen de rapatrier ça chez un seul médecin (et donc dédoublement des radios…)… Et surtout, la dégradation de nos systèmes sociaux me fout la haine. Parce que c’est mon paix, je le prend d’autant plus perso. La politique ici me décourage plus qu’en France, parce que c’est mon pays… surtout !

    On me dit souvent que l’herbe est plus verte ailleurs. Je ne crois pas que ça soit vrai dans ce cas-ci. Mais face à mes propres priorités de vie, me baser en France est un choix qui fait sens. Je ne dis pas que ce sera meilleur – mais ça me ressemblera !

    • @Anick-Marie bien sûr que tu peux citer mon article 😉 Je comprends ton désarroi si ça n’était pas le cas il y a encore quelques années… Dans tous les cas j’espère que tu pourras être soignée correctement en France et que 2015 t’apportera la santé!

  12. Bonjour Green Geekette!
    Je crois exactement en tout ce que tu dis ! Sauf que mon chum est québecois et que ce n’est pas simple la vie d’un couple mixte 🙂
    On vient de passer 2 ans à Paris. J’avais passé 15 ans au Québec avant. On est de retour depuis 6 mois, et je suis encore en choc culturel et ma liste de anti-québec est longue-longue.
    Pourtant, on ne peut pas dire que je n’étais pas intégrée, avec un mari québecois, des enfants nés à Montréal, un réseau pro et perso…C’est en revivant dans mon pays que je me suis rendue compte combien la France, les relations avec les gens me manquaient. Parce que de tous les défauts qu’à le Québec (et que tu cites en haut), il y a celui du lien avec les québecois, difficiles pour moi, car nord-américain, comptant leur temps, ne laissant pas de place dans le métro (je leur ferait bien faire un stage à Paris dans le métro, ils verront qu’ils peuvent lacher leur poteaux) entre autre. Relations très cooles mais si superficielles. Il faut toujours faire attntion à ce que tu dis, dès que tu hausses le ton, on te regarde comme si tu étais crack-pot. Et en plus, le fait est qu’on devient comme eux en vivant ici !…bref, le retour est dur…

    • @NadGa pour l’instant j’ai plus fait le choix de continuer à voyager que de réellement rentrer alors on verra pour l’adaptation au retour. 😉

  13. Je pense que cette image que le Québec a auprès de certains Français, c’est cette Amérique, sans les Américains, et où l’on parle Français.

    Effectivement il y a de parfois grosses différences entre là-bas… et ici, mais, enfin j’ose le penser, quand on part vivre ailleurs, il faut aussi s’attendre à ce genre de différences.
    Maintenant, en France, les choses changent, beaucoup, et pas nécessairement en bien…

    De tous les points que tu as énumérées, je pense que le médical est le plus contraignant… ainsi que la famille. Le reste, c’est une habitude de vie, et si c’était réellement insurmontable, les Québécois
    fuiraient tous, ce qui n’est pas le cas ;).

    Maintenant, de mon point de vue très personnel, je trouve plus de points positifs à vivre au Qc qu’en Fr, et le fait que tout soit plus facile et moins cher en Fr en fait étrangement partie (point de vue différent ^^).

  14. Bonjour!
    Je suis moi même canadien et je peux vous dire bien personnellement que je suis d’accord avec tous les points énumérés.
    C’est vrai, partout il y a du bon et du mauvais, comme en France ou au Québec/Canada.
    Personnellement, je suis tombé sous le charme de l’Europe. Je peux comprendre certains qui trouvent le Canada décontracté et “friendly” en plus du taux de change abordable. J’ai trouvé beaucoup plus ce côté je peux dire en Allemagne à Munich étant donné que j’ai été en vacances la bas. Parlant du taux de change, c’est abordable, mais c’est cher au Canada… Alors que quand j’étais en Europe en vacances, malgré le taux de change, j’ai trouvé que c’était très abordable la consommation, plus qu’au Canada. En plus qu’on mange mieux en Europe qu’au Canada je trouve.
    À travers de la réalité que je vis au Canada, je trouve que le Canada suit plus la culture américaine dans notre mode de vie. C’est ce qui fait que je me sens vraiment moins Canadien/Américain et que je me sens plus européen pour les nombreux avantages. Au Canada, surtout au Québec, on a des services mais moins efficace qu’en Europe et plus cher en plus.
    À vous d’en juger, mais perso, vive l’Europe!

  15. Bonjour,
    Je suis resté 12 ans à Montréal, j’ai acquis la nationalité canadienne et je suis revenu en Europe… Maudit français, je digérai mal le Québec ! Je rejoins vos arguments, mais faute de Décathlon, il y a MEC, magasin communautaire de plein air ! Vive le Canada !

Laisser un commentaire