Tierra Madre Eco Lodge : un hôtel “eco-friendly” au nord du Costa Rica

0

Dans la province de Guanacaste au nord du Costa Rica, se situe le Tierra Madre Eco Lodge, perdu dans la nature avec une vue à couper le souffle sur le lac Nicaragua et les volcans «Maderas» et «Concepcion». Respectueux de son environnement, c’est un lieu idéal pour les voyageurs désireux de sortir des sentiers battus et de vivre des expériences authentiques.

Avec seulement quatre bungalows, c’est un havre de paix où on peut facilement se sentir seuls au monde, d’autant plus que c’est tout une organisation pour arriver au lodge. En effet, si cet endroit merveilleux a beau n’être situé qu’à 15 km à vol d’oiseau de la Pan American, y arriver est déjà une aventure en soi en terme de transports !

En ce qui me concerne, une fois arrivée, j’ai bien failli m’incruster dans le hamac de l’aire commune… Mais j’ai quand même trouvé le courage de faire un peu de yoga sur la plateforme juste à côté ! En tout cas, j’ai aimé le sentiment d’être dans un cadre privilégié, à l’écart de tout, que ce soit bruit, pollution, je me sentais un peu hors du temps.

Mais surtout, j’ai été touchée par l’histoire un peu folle de Fahimeh et Adrien, deux belges qui décidèrent un jour de tout plaquer pour se rendre au bout du monde et mettre toute leur énergie à construire ce beau projet auquel ils croyaient plus que tout. Moi qui croyais avoir le “mojo”, je peux vous dire qu’à côté de ces deux là, ce n’est rien !

Un éco-hôtel pour un tourisme durable

Difficile pour moi de retranscrire leur histoire avec exactitude, mais j’en ai retenu une volonté à toute épreuve qui les fit venir au Costa Rica avec la ferme intention de construire leur rêve, épaulés par François, un cousin tout aussi débordant d’énergie qui accepta de rester pendant un an seul sur place afin de commencer le projet tandis que Fahimeh et Adrien continuaient de travailler en Belgique pour financer l’achat du terrain.

Un pari un peu fou de venir s’installer à cet endroit sans eau et sans électricité perdu au milieu de nul part, où absolument rien n’existait à l’époque. Une vie plus que rudimentaire dans les premiers temps, imaginez devoir faire 8h de cheval pour aller chercher des provisions au village où les denrées étaient les moins chères au Nicaragua… Même aujourd’hui, le village où se trouve l’école est à 1h de marche !

Car oui, c’est une affaire de famille, Fahimeh et Adrien vivent désormais à plein temps au lodge avec leurs 2 enfants, avec autour d’eux une vraie famille qui les soutient pour faire rouler l’affaire. Moi en tout cas, j’ai envie de leur tirer mon chapeau bas quand je vois la qualité de ce qu’ils ont réussi à construire, un éco-lodge respectueux de l’environnement où il fait bon se ressourcer au calme.

Seulement 4 pavillons de bois pour garder un aspect “famille”, nichés au flanc de la colline qui domine le lac Nicaragua. Des baies panoramiques s’ouvrant pour laisser place au sublime paysage, des toilettes sèches pour la planète, une douche en bois avec une lucarne ouverte sur l’extérieur, un lit king size confortable avec moustiquaire au cas où, un balcon sur pilotis avec des fauteuils en rotin pour se reposer, bref tout ce qu’il faut au paradis !

➡ Réserver à Tierra Madre

Ecotourisme au Costa Rica : découvrir la cuisine locale et biologique

Et comme si la vue depuis ma fenêtre n’avait déjà pas suffit à me convaincre, la nourriture sur place devait achever de la faire ! En effet, à Tierra Madre, si chaque bungalow à son intimité préservée, les repas qui ponctuent la journée offrent la possibilité de se sentir vraiment accueilli en famille, car c’est l’occasion pour tous les clients et l’équipe de se retrouver ensemble autour d’une même table.

Le petit déjeuner (ou plutôt “déjeuner” devrions nous dire pour nos amis belges) est rien qu’à lui une tuerie : pain et confitures maison (papaye, goyage et oh mon dieu ANANAS ma préférée), œufs du poulailler, fruits exotiques (et mini bananes tellement mignonnes ^^)…  Après plusieurs jours à manger surtout du “gallo pinto”, l’incontournable plat national du Costa Rica, j’étais ravie !

Le repas du midi était souvent pris lors de l’activité de la journée dont je reviendrai dessus dans un prochain article, mais le repas du soir était vraiment le point de rassemblement à la fin de la journée, le moment idéal pour partager tous ensemble nos aventures du jour autour d’une cuisine inventive faite d’ingrédients frais et sains issus de la ferme biologique du domaine ou des producteurs du voisinage.

J’ai notamment été marquée par la quiche du premier soir à base d’un légume local dont j’ai oublié le nom, où le second soir où la fleur de bananier que nous avions récupérée a été coupée en lamelles et cuite avec une sauce au cari par Xavier le cuistot, ou encore le sorbet à la tomate proposé le troisième soir ! Encore plus surprenant quand on connaît l’histoire qui a voulu que le frère de Xavier qui a rencontré Adrien par hasard à un arrêt de bus…

Visite de la ferme biologique
de Tierra Madre

Garnie de ma super paire de bottes imperméables et de mes magnifiques chaussettes rouges montantes (il est bon de noter à quel point celles ci étaient accordées à ma tenue, je pense que je peux désormais penser à la reconversion en tant que blogueuse mode), c’est ainsi que je devais m’atteler à l’exploration de la propriété du Tierra Madre – et notamment de la ferme biologique – accompagnée d’Adrien.

Au début du projet, avant même que l’éco-lodge soit l’activité principale, la ferme était vraiment le nerf de la guerre à Tierra Madre. Sauf que devant une trop faible possibilité de commercialisation des produits biologiques au Costa Rica, il devait finalement être décidé de se recentrer sur une production dans un but principalement d’auto suffisance en produits frais et bios pour le restaurant.

En effet, au Costa Rica, le bio n’est pas vraiment encore démocratisé et les mentalités sont dures, ne comprenant pas l’utilité de se lancer dans cette démarche qui fournit moins de rendement ! La plupart des paysans n’ont encore pas du tout conscience des effets des pesticides sur la santé et ne voit que le côté pratique de leur emploi… Difficile de lutter contre les croyances de plusieurs générations !

A Tierra Madre, aucune machine à moteur n’est utilisée ni lors des récoltes ni lors de la  transformation des produits. Ainsi, l’activité agricole se déroule sans bruit susceptible de nuire à l’écosystème et d’effaroucher les animaux et sans émission de gaz à effet de serre. Aucun désherbant ni engrais chimique n’est non plus utilisé et les nuisibles et les mauvaises herbes sont combattus manuellement ou à la machette…

Je me suis couchée moins bête ce soir là en apprenant comment poussaient les ananas ! 😉 J’ai également été enchantée de découvrir le fonctionnement du déshydrateur maison et surprise d’apprendre qu’un bananier ne fournissait qu’une seule fois des bananes puisqu’on le coupait pour les récolter ! Quand aux empanadas végétariens confectionnées par Fahimeh pour le lunch et la carambole que j’ai moi même cueillie… c’était le paradis !

Une randonnée au Lac Nicaragua

A peine remise de ma visite de tout le domaine le premier jour (car oui, cela peut sembler énorme mais il nous a bien fallu 5h pour faire le tour de tout, incluant la montée qui tue tout à la fin ^^) (et dire que c’est par là qu’ils ont du monter à force d’homme tout le bois ayant servi à construire le lodge, chapeau bas une fois de plus…), le lendemain devait marquer le jour où j’allais plonger dans le Lac Nicaragua !

Concrètement, depuis la fenêtre de mon bungalow, je voyais au loin le Lac Nicaragua et il aurait été dommage de s’en tenir à distance non ? C’est pourquoi cette deuxième journée fut occupée par une randonnée au travers de la jungle en direction de ce lac, où de façon surprenante d’un pays à l’autre, la frontière est ici matérialisée par une mince clôture perdue au milieu des champs, empruntée par les locaux.

Arrivés au Nicaragua, après une bonne heure de marche en plein cagnard au milieu des grands champs aux arbres immenses, croisant vaches et chevaux, nous devions finalement arriver au bord du lac. Bien entendu, mon premier réflexe a été d’aller me jeter dans les vagues ! J’aime tant être dans l’eau, c’est mon élément, celui où je me sens légère lorsque je flotte, où tous mes soucis s’envolent comme par magie…

Le lunch composé d’une méga salade fut fort apprécié, à l’ombre d’un arbre profitant de la vue, avant de nous remettre en route. Heureusement, avant d’attaquer la dernière et éprouvante montée, notre guide François (le fameux cousin ^^) devait nous proposer une savoureuse tranche de pastèque assis au bord de la rivière, puis arrivés sur la propriété de tester la fameuse canne à sucre coupée à la machette, miam !

Pour information, dans les activités proposées, il est également possible de réaliser des promenades à cheval, de se rendre au parc national Santa Rosa (70$), à la plage de Bahias Salinas (40$), ou à la rivière “Rio Sabalo” (25$, sachant que cette balade ne fait que 9km comparés au 18km aller-retour pour la randonnée du Lac Nicaragua). La sortie au Lac Nicaragua quand à elle dure la journée et coûte 40$.

➡ Réserver à Tierra Madre

Un séjour nature et aventure
à la frontière du Nicaragua

Ah oui, j’ai oublié de le dire mais mieux vaut ne pas trop compter sur Internet rendu au Tierra Madre, car le wifi n’est pas légion (même si en cas de nécessité absolue, il est possible d’avoir accès via la 3G). Le prix à payer pour être loin de la civilisation et se ressourcer au cœur d’une nature luxuriante avec le sentiment  d’être totalement “coupé du monde” (de temps en temps c’est agréable non ?)

En effet, comme j’en parlais au début de l’article, le village le plus proche appelé “Los Andes” est à 5km, c’est à dire une heure de marche et tout autant en 4×4 ! En effet lorsqu’on arrive à ce village, il faut y laisser sa voiture afin de se faire transférer par un membre de l’équipe en 4 x4 spécialement équipé. La route est dans un état qui… secoue ! Une chose est sûre je ne me serais pas vu y conduire. ^^

A noter qu’il est également possible de faire le trajet à dos de cheval ! Pour information, si on décide de ne pas louer de véhicule, il est aussi possible d’avoir un service de transfert depuis La Cruz qui est à 25km et où il est possible d’arriver en transports en commun, ou depuis le Nicaragua au poste frontière de Penas Blancas (1h30) ou encore depuis les aéroports internationaux de San José (6h) et de Libéria (2h).

Au regard du temps de transport assez important pour y venir, il est conseillé de séjourner à Tierra Madre pour un minimum de 3 nuits, et personnellement j’irais même jusqu’à recommander au minimum 5 nuits pour vraiment avoir le temps de décompresser sur place et profiter de toutes les activités. Pour info, les bungalows possèdent diverses configurations pouvant aller de la simple chambre avec lit double à celui qui possède une chambre lit double en haut et une chambre lit double / une chambre 2 lits simples en bas.

Un éco-resort abordable au Costa Rica

Enfin, en ce qui concerne les tarifs, il existe deux formules. La première est la formule “nuitée” qui comprend uniquement le logement et le petit-déjeuner, et pour laquelle les repas, boissons et activités sont ensuite achetés séparément. Les prix s’échelonnent de 39$ à 79$ la nuit par personne en fonction de l’occupation simple / double / triple et de la période. (n’incluent pas la taxe de 13%)

Les enfants de moins de cinq ans sont les bienvenus sans supplément, les enfants de moins de douze ans bénéficient d’une réduction de 40%. La deuxième formule est “pension complète et activité” et comprend le logement, le petit déjeuner, le déjeuner, le diner, deux boissons non alcoolisées par repas et une demi journée d’activité. Les prix s’échelonnent de 75$ à 119$ la nuit par personne.

Honnêtement, je conseille fortement de prendre l’offre de pension complète qui simplifie grandement la vie. C’est autant rentable, et surtout il n’y a pas trop d’autre solution que de manger au restaurant du lodge, étant donné qu’il n’y a rien aux alentours ! Ceci dit, il paraît que la route a été améliorée depuis mon passage… mais ça reste un endroit reculé tout de même, c’est pas pour rien qu’on vient y chercher la tranquillité !

Considérant qu’on est au Costa Rica qui est un pays assez cher, je trouve les prix tout à fait corrects, surtout au regard de la qualité de service offerte. Toutefois il est possible de bénéficier de 15% de réduction en réservant grâce à la carte premium Tout Costa Rica qui coûte 65$ mais permet ensuite d’économiser jusqu’à 40% chez plus de 200 partenaires dans tout le pays, autant au niveau des hébergements que des activités.

Une chose est sûre, je me suis vraiment sentie comme à la maison. Que ce soit avec la bonne ambiance qui s’est installée avec les autres clients anglais, belges ou canadiens, ou même avec l’équipe qui s’est montrée des plus amicales (à noter qu’il est toujours bon de sympathiser avec le cuisiner, ça permet d’avoir plus de gâteau au chocolat ^^), je sais que j’aurai grand plaisir à revenir un jour à Tierra Madre si j’ai à nouveau l’opportunité de remettre les pieds au Costa Rica !

Et toi, as-tu déjà la chance de séjourner dans un éco-lodge aussi sympa ?

➡ Réserver à Tierra Madre

Disclaimer : ce voyage a été réalisé en partenariat avec Tierra Madre et Tout Costa Rica, et mes nuitées ont été offertes mais j’ai payé pour mes repas et activités, et les opinions exprimées ici sont les miennes honnêtes et sincères, et c’est pourquoi je recommande chaudement cet éco-lodge merveilleux, d’autant plus que toute l’équipe est francophone, c’est un gros plus pour ceux ne parlant pas anglais ou espagnol !

Laisser un commentaire

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte